Article 030 du 09.05.2017 Lexane Laplace

Lexane Laplace

Image documentaire : une économie du secret

Abstract : Nous proposons dans cette étude de penser la relation que la production documentaire entretient avec une économie du secret. Le genre documentaire (photographique et cinématographique) hérite d’une méthodologie propre à l’anthropologie pratiquée dès le XVIIIe siècle, qui concevait la pratique du terrain comme unique élaboration d’un régime de vérité et comme ultime rapport honnête à l’analyse des populations. Regard intrusif, nécessité d’être invisible parmi les différents, récolte d’informations, ces phénomènes responsables de l’organisation du regard porté sur l’autre font écho à la rhétorique de l’espion. Rejoués et amplifés par la production documentaire et le journalisme d’investigation, la distribution du secret et le phénomène de l’infiltration deviennent un mode opératoire pour l’élaboration du témoignage social. Nous nous proposons de voir comment l’appareillage du secret apparaît alors comme une opportunité de documenter. Il s’agit de penser la production documentaire au regard du concept d’espionnabilité théorisé par l’historien et mythologue Furio Jesi, pour voir ensuite comment la rhétorique du secret dans le champ de l’art est l’occasion d’une nouvelle relation au document en vue d’une re-spécification des formes de l’information.

Mots clésPhotographie documentaire, secret, économie, anthropologie, investigation, espionnabilité, Furio Jesi, poético-moral.

texte : Lexane Laplace – Économie du secret