Doctorat ENSP-AMU

Le doctorat :
« Pratique et théorie de la création artistique et littéraire, spécialité photographie »

Dans le cadre du développement de ses activités de recherche, l’École Nationale Supérieure de la Photographie (ENSP) a mis en place, depuis la rentrée universitaire 2013, le doctorat « Pratique et théorie de la création artistique et littéraire, spécialité photographie » en partenariat avec l’Université d’Aix-Marseille (AMU).
Le doctorat « Pratique et théorie de la création artistique et littéraire » s’effectue dans l’école doctorale ED354 « Langues, Lettres et Arts ». Il accorde une place prépondérante à la pratique de création, jointe à une réflexion sur cette pratique.
La spécialité « photographie » a pour objectif de permettre à de jeunes diplômés en arts visuels, notamment de l’ENSP, de développer un projet de recherche en photographie. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de Master ou conférant le grade de Master.
Le doctorat se déroule à l’université d’Aix-Marseille et à l’ENSP. Sa durée est de trois ans, voire de quatre ans par dérogation. Les doctorants en spécialité photographie sont codirigés par un directeur artistique, issu de l’ENSP, et par un directeur académique, issu d’AMU.
Les candidatures des diplômés de l’ENSP sont examinées par une commission paritaire ENSP/AMU qui se tient début octobre. Les candidats doivent présenter un dossier des travaux déjà réalisés ainsi qu’un double projet artistique et intellectuel. Les autres candidatures sont examinées par le conseil doctoral de l’ED 354 « Langues, Lettres et Arts ». La clôture des candidatures a lieu fin novembre.
Les doctorants peuvent bénéficier d’une bourse de recherche attribuée par l’ENSP ou d’un contrat doctoral attribué par AMU dans la limite des crédits disponibles.
Les doctorants sont inscrits à l’ENSP ET AMU. Ils ont accès aux équipements de l’ENSP et à ceux d’AMU et bénéficient d’un encadrement pédagogique pour leurs travaux de recherche.
Les doctorants doivent s’acquitter de droits d’inscription d’un montant de 106 euros, équivalant à 25 % des droits de scolarité du diplôme de l’ENSP. Ces droits sont complémentaires des droits d’inscription de doctorat dont les doctorants doivent s’acquitter auprès de l’Université d’Aix-Marseille.
Les projets des doctorants peuvent bénéficier d’une valorisation de la part de l’ENSP sous la forme d’une exposition et d’une édition dans la limite des crédits disponibles.

Coordinateur : Arnaud Claass

Doctorants : Nina Ferrer-Gleize, Walid Ghali, Lila Neutre, Sergio Valenzuela, Mezli Vega Osorno

Renseignements :
• à l’ENSP : Laurence Canaux, assistante pédagogique chargée de la Recherche :
laurence.canaux@ensp-arles.com
• à AMU : Sonia Carroll, responsable administrative du Bureau de l’École Doctorale « Langue, lettres et arts » : ed354@univ-amu.fr

TEXTE DE PRÉSENTATION

du Séminaire doctoral

professeur responsable : Arnaud Claass 

    Le séminaire a pour titre Pour une histoire de la curiosité. Il explore les modalités très diverses de l’exercice du regard photographique sous ce trait de caractère, au long des épisodes de la modernité au sens large. L’histoire de la photographie est ici abordée dans sa spécificité relative (et non essentielle) au moyen d’analyses serrées des œuvres, qu’il s’agisse de pratiques de libre interprétation du visible, de projets documentaires ou de reportage, ou de la relation changeante avec les autres arts.

    L’axe principal est celui du devenir des notions successivement apparues dans la manière de penser la transcription photographique des choses et des faits. Le concept d’indicialité, désignant la nature de connexion physique propre au signe (mais pas son objectivité) continue de revêtir la plus grande importance. Il a connu plusieurs mutations depuis son usage dogmatique, par exemple chez Rosalind Krauss. Si la valeur de l’indicialité semble même avoir été contestée par l’expansion du numérique et de l’imagerie virtuelle (Lev Manovitch, Fred Ritchin), elle reste manifestement indispensable à la compréhension de maintes pratiques actuelles relevant de la photographie directe, là où les capteurs ont simplement pris la place du film. Considérée sous cet angle particulier, l’arrivée du numérique ne constitue donc pas une révolution dans l’art de voir et de faire voir (François Brunet). Pour de jeunes théoriciens ou historiens de la photographie (Robin Kelsey) ou même des artistes (Dinh Q. Lê) les idées à la mode depuis des années 1990, relatives à une « ère post-photographique » semblent même révolues, à l’heure où ce sont justement les manipulations numériques qui sont devenues mainstream.
 
    Tout cela rend possible un réexamen du contexte global de la création photographique, qui se révèle plus diversifié que ne l’annonçait une vision trop déterministe et linéaire des nouvelles technologies. Le concept de double-indicialité gagne même une nouvelle énergie. Formulé déjà, sous d’autres termes, par les représentants de la modernité conquérante dès la fin du XIXe siècle (Peter Henry Emerson), théorisé par les photographes japonais du groupe d’avant-garde de la revue Provoke (1968), mis en œuvre dans la geste photographique et cinématographique de Robert Frank, il pose que le sujet photographiant et l’objet photographié ne sont jamais dans une position d’extériorité mutuelle (Henri Van Lier puis Geoffrey Batchen, David Campany et Hans Belting, qui étend la notion d’indicialité jusqu’aux circuits neuronaux). L’enregistrement de ce qui est vu enregistre aussi un point de vue.

    Ces enjeux perpétuent des questionnements très anciens, que l’apparition de la photographie a redéployés sous des formes plus ou moins déguisées ou inattendues dans l’application de la curiosité visuelle, comme la relation entre beau naturel et beau artistique, entre preuve et rhétorique. La relation photographique la plus directe aux apparences qu’il s’agisse de constat par prélèvement, de mise en scène, voire de reconstitution en réalités virtuelles (Nonny de la Peña et son « journalisme d’immersion ») réactive la relation tumultueuse entre littéralité, métaphore et tautologie (Pierre-Henry Frangne).
    Plus que jamais se pose la question de savoir si la richesse étonnante du regard photographique repose sur sa capacité à suspendre le sens, sur sa clarification, ou sur l’illusion de cette clarification : Garry Winogrand soutenait que les images ne peuvent en rien nous aider à comprendre le monde, qu’elles peuvent simplement nous montrer à quoi les choses ressemblent. Une telle radicalité dans la poétique du « méta-normal » ne suppose nullement une perte du sens du réel au profit d’une quelconque intériorité. Elle pointe la pratique de la photographie comme mise à l’épreuve des relations espace-temps, auto-exploration ou mise à mal des conventions de la représentation et finalement manière d’être sensible au monde (cf. le renouveau actuel de la street photography ou d’autres manières de pratiquer méthodiquement la non-méthode).

    Est également abordée la question délicate de l’aura établie par Walter Benjamin, idée qui ne fait pas l’unanimité, qualifiée de trop romantique dès les années 1940 par Adorno, inapte à penser l’état actuel de la création et même profondément régressive selon Régis Michel. Cet aspect des choses est cardinal pour qui veut essayer de comprendre des phénomènes qui ne sont éloignés qu’en apparence de la pratique visuelle concrète : ainsi l’engouement accru pour le tirage original et donc l’importance du marché, ou plutôt des marchés de la photographie (spécialisée ou intégrée dans le marché généraliste). Cette interférence entre le social, l’économique, l’éthique et l’esthétique est forcément avivée à l’ère de la circulation des images en ligne, du « temps en contraction » (Boris Groys) et de l’obsession de l’archivage électronique, qui semblent corrélés, en un paradoxe qui n’est lui aussi qu’apparent, à un renforcement du besoin de rareté.

    Qu’il s’agisse de contempler, de documenter, d’informer ou de critiquer en actes visuels, les corpus photographiques ne cessent de convoquer le double besoin généré par les images, celui d’y croire et celui de maîtriser cette croyance.

Bibliographie succincte :

Geoffrey Batchen, Burning with Desire – The Conception of Photography, MIT Press, 1999
Hans Belting, Pour une anthropologie des images, Gallimard, 2004, trad. Jean Torrent
François Brunet, La naissance de l’idée de photographie, PUF, 2012
Boris Groys, En public – Poétique de l’auto-design, PUF, 2015, trad. Jean-Luc Florin
Robin Kelsey (sous la direction de), The Meaning of Photography, Yale University Press, 2008
Rosalind Krauss, Le photographique – Pour une théorie des écarts, Macula, 1990, trad. Marc Bloch, Ann Hindry, Jean Kempf
Lev Manovitch, Le langage des nouveaux médias, Les Presses du réel, 2010, trad. Richard Crevier
Fred Ritchin, Au-delà de la photographie, le nouvel Âge, Victoires, 2010, trad. Hugues Lebailly
Henri Van Lier, Histoire photographique de la photographie, Les Impressions nouvelles, 2005