Danse, performance & photographie

Uzès Danse, 2016

• Une proposition de Christian Gattinoni «Des corps rituels si cultivés»

Des corps-rituels si cultivés

Être en repérage à Uzès Danse c’est confronter l’expérience spectacle, d’abord en tant que témoin photographe des répétitions avant que spectateur. Dans une économie où les générales ne sont pas toujours possibles les réglages techniques, sons, lumière, placement… débordent le mouvement dansé. Il ressurgit cette année en deux duos et deux soli qui installaient les plus grandes tensions entre des corps primitifs, tout attachés à leurs pulsions, alliant une apparente sauvagerie à une intense culture intériorisée.

En intitulant Sacre sa pièce dansée avec Tamar Shelef David Wampach rend moins un hommage à Stravinsky qu’il ne cherche à mettre en présence deux corps qui s’approchent d’un rituel animalisant les gestes, d’une extase tentée dans une refonte organique aux limites forcées du souffle.

Marlene Montrero Freitas explore avec Andreas Merk dans Jaguar les extrêmes de l’énergie de corps policés par le sport s’opposant à la violence des instincts dans une chasse intime aux passions, le tout dans un temps étiré à la façon des peintures du Cavalier Bleu. Le grotesque gagne l’intime.

Deux soli tentent l’expérience d’une mémoire corporelle cherchant à se déprendre de ces violences apprises. Emmanuel Eggermont rend hommage aux Strange Fruits des corps noirs lynchés et pendus que chantait Billie Hollyday dans les années 1930. Dans un parcours cérémoniel dépouillé, les pas comptés et les enveloppements gestuels s’ouvrent sur de précieux envols arrêtés. Un art de la distinction, processuel, fait contraste avec la violence raciste.

Angela Schubot parie sur un corps sans pouvoir (Körper ohne Macht) pour retrouver la survivance d’éléments d’une utopie qui cherche à regagner le langage, où s’échangent des valeurs internes et les forces extérieures qui nous traversent, aux limites du souffle et du regard incorporés. Redonnant au spectateur des éléments disparates, dans une sorte de délabrement organique, il lui propose une possible réorganisation dans une errance poétique.

CG1050302 Gauche CG1050290droite Chloé Malsagne L1010105-72DPI

(Images : © Gattinino et Wasp, photos d’Angela Schubot)

• Une proposition de Matt Frenot sur le spectacle Sacre de David Wampach

absurde

        phrase      saccadée
vif cavalerie de l’in-geste
        force arrachée
    à l’être respirant

    art    vivant
        celui qui cherche
    entrée   sortie
    pause schizophrénique
    structure inconditionnée
    grimace de l’impur

    catégorie de           l’abstraction
    qui respire
    et condense par dilatation, les limites de la représentation.

    si le théâtre existe pour soi,
    que signifie la présence des acteurs ?

20160629_171225

(image : vue du site de David Wampache)

• Une proposition de Matt Frenot sur Llamame Lola de Mickaël Phellipeau

Hors-champ amicale.

« Sentir le silence »
« Tout le monde est là »
« Interpréter ? Faire tu veux dire… »

écriture délicate qui fait danser la dramaturgie
il y a la surface décollée de la rétine
et puis l’ombre de l’interprète
dans le corps du spectateur
lui indique où s’abrite le silence
somptueux

Ironie magique d’un acte de représentation
la qualité de l’interprète,
la qualité du chorégraphe,
se résout dans l’inertie du regard,
dans l’inattention que portera celui qui cherche la poésie dans tout ce qu’il est susceptible de voir ou d’entendre.

Est-il une forme intense de l’être sur scène
Dans les seuls accords d’un geste indéfini
Dans l’abandon de soi face au monde .

Et d’ailleurs, en quittant la scène, en quittant l’autre,
il y a l’espace intérieur du théâtre qui prend corps dans la parole.

Le silence fait-il pleurer ? Pourquoi pas.
C’est déjà dit, le réel, la fiction, se rejoignent.
Mais où ? Au théâtre ? Dans le théâtre filmé ?
Au cinéma ? Dans le film ?

Ici, c’est de la danse.
Place au spectateur.

MATT FRENOT-M Phelippeau_Llamame Lola_Droite 170616-16CG1050239 Gauche

(image © Matt Frenot)


Workshop avec Norbert Corsino

IMAGE ET PERFORMANCE : la présentation de soi ou la mise à voir de soi-même. Le workshop mené par Norbert Corsino a permis à chacun des étudiants de produire une double présentation de soi en mouvement dans l’espace et les différentes directions de la kinésphère qui cerne le corps. Ce mouvement reproduit dans le temps est enregistré par une courbe qui le singularise.
L’image performative (texte par Christian Gattinoni)

P1030245 (1) Worshop avec Norbert Corsino   P1030237          P1030246


Séminaire de recherche arts plastiques danse et performance

Ce séminaire accompagne les cours donnés aux trois années sur ces questions, par Christian Gattinoni, il se propose de mener des interrogations théoriques lors de colloques ou de journées d’étude. Il s’accompagne de workshops pratiques menés avec des chorégraphes en lien aux programmations des Théâtres d’Arles, du séminaire de performances Excentricités à l’ISBA de Besançon et au festival Uzès Danse. Il peut être complété par l’organisation d’expositions ( Danse ces corps images, exposition virtuelle Site des 30 ans de l’ENSP, 2012, et In –Tensions 4 Galerie Arena avril 2015) ou de publications (L’œil du vivant – recherche et création, danse et photographie Presse universitaire de Vincennes 2013). Il souhaite par ses différentes initiatives continuer d’interroger les images performatives en lien à leurs versions plus technologiques les images opératoires.


Activités récentes du Séminaire de recherche arts plastiques danse et performance mené depuis 2008 par Christian Gattinoni

Intervention au colloque Saillances du geste (arts visuels, danse, performance) Université de Franche-Comté, Besançon, 16 17 avril 2014, Le geste photochorégraphié

• Organisation du colloque Danse et performance en école d’art, Colloque du 25 mars 2015 à l’ENSP d’Arles

• Conférence : Danse et arts plastiques, confluences et complicités, École préparatoire La Fabrique des arts, Carcassonne juin 2015

Conférence La photographie performative dans le cadre de la journée d’étude Théâtre et Photographie. Croisements, échanges, écarts autour de la performance Journée d’étude organisée par l’Université Lumière Lyon 2 (Laboratoire Passages XX/XXI), en collaboration avec l’ENSATT, le département des Arts du Spectacle de la BnF et le Centro per la Fotografia dello Spettacolo (San Miniato, Italie) 6 novembre 2015

• Intervention pour Traces et captation, pour une représentation de l’art en action, Symposium 5 et 6 avril 2016 ISBA de Besançon, pendant le séminaire de performances Excentricités 2016

•Invitation au 20e Festival Uzès Danse juin 2015. Enregistrements d’entretiens avec les chorégraphes Fabice Ramalingom et Matthieu Hocquemiller sur leurs pratiques en lien aux questions de l’image scénique, des études de genre et des pratiques contemporaines danse /arts plastiques.

Recherches menées en collaboration avec :

Aurore Després Diplôme universitaire Danse et Performance de l’Université de Franche-Comté, Besançon

Laurent Devèze Directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon

Valentine Verhaeghe et Michel Collet enseignants à l’ISBA

Organisateurs du séminaire de performances Excentricités