Laboratoire PI

Prospectives de l’image – PI

Dans le cadre du laboratoire de recherches sur les nouvelles pratiques de l’image et du photographique dans leur dimension numérique..

dir. Caroline Bernard

[Texte de présentation]

 

 

Laboratoire Prospectives de l’image (PI)

Professeure responsable : Caroline Bernard

Années 2016-2018

 

 

  1. Laboratoire Prospectives de l’image

 

Professeure responsable : Caroline Bernard

 

Chercheurs associés : Matthieu Chérubini, Jean-Louis Boissier (professeur émérite Paris 8), Jean Dubois (Vice-doyen de la faculté des arts, UQAM, Montréal), Alexandre Castonguay (professeur UQAM, Montréal), Anne Zeitz (Labex Arts-H2H)

Étudiants associés : Guillaume Delleuse, Rémi Fernandez, William Neffusi, Mathilde Moignard, Barnabé Moinard, Prune Phi, Isoline Spote, Fanny Terno

Le laboratoire prend part également à la préfiguration du Fablab Image qui verra le jour dans le nouveau bâtiment de l’ENSP en 2018.

1.Lancement du laboratoire

Le laboratoire Prospectives de l’image nouvellement créé au sein de l’ENSP a pour objet les nouvelles pratiques de l’image et du photographique dans leur dimension numérique. Sous la responsabilité du professeur Caroline Bernard, il est composé d’étudiants et de chercheurs associés. Les membres du laboratoire se concentrent sur trois missions fondamentales :

– La veille de l’existant : c’est-à-dire relayer sous la forme d’enquêtes, l’état de l’art et l’actualité des pratiques, par exemple, dans les champs de la science ou de l’art contemporain.

– La réalisation de prototypes et d’œuvres à caractère expérimental : proposer des dispositifs fonctionnels pour qu’ils deviennent des outils pédagogiques et théoriques et qu’ils permettent, entre autres, de mettre au jour des formes inédites.

– La valorisation : notamment par la production et la publication de contenus théoriques et pédagogiques ou encore par la présentation publique des prototypes du laboratoire, par exemple, dans des expositions.

À ce jour, outre les projets individuels des étudiants spécialement créés dans le cadre du laboratoire, des groupes de recherche se forment autour d’expériences collectives comme par exemple les projets Formes de l’ubiquité, ou encore Overskopia (voir fiches descriptives).

  1. Programme de recherche Les images opératoires

Le programme Les images opératoires, mené en partenariat avec l’Université du Québec à Montréal (UQAM), est le principal sujet d’étude de ces trois prochaines années. Les images qualifiées d’opératoires dépassent les fonctions premières de représentation de la photographie. Elles relaient les événements en cours, voire les augmentent d’informations non visibles pour permettre par exemple la réalisation d’un geste technique ou l’analyse d’une situation. En décrivant l’expérience de Meydenbauer et l’invention de la photogrammétrie[1], le réalisateur Harun Farocki (1944 – 2014) explique que la photographie « contient plus que l’apparence visuelle des choses[2] ». C’est-à-dire que sont imbriquées en son sein des informations qui ne sont pas uniquement de nature optique : des mesures, des flux, des cycles, etc. En étant notamment couplées à des unités computationnelles, les images génèrent des données soumises à analyse et ceci dans une grande diversité d’applications civiles ou militaires. L’image peut être également produite en vue d’assister un individu dans ses actions, Farocki parle alors d’« images opératoires » lorsque celles-ci « ne visent pas à restituer une réalité, mais font partie d’une opération technique.[3]»

L’Université du Québec à Montréal (UQAM) a déposé en parallèle une demande de subvention pour un projet gémellaire. Caroline Bernard, professeure associée de l’université forme avec Jean Dubois (vice-doyen de la faculté des arts) et Alexandre Castonguay (professeur UQAM) l’équipe de recherche. Ce partenariat va permettre de croiser les compétences des enseignants chercheurs, d’élaborer des activités de recherche en commun ainsi que des contenus pédagogiques. Cela permet également en conjuguant les forces d’assurer une plus grande visibilité à l’international des résultats du laboratoire.

  1. Les axes thématiques du programme Les images opératoires

a.La fabrication des caméras

On entend par caméras l’ensemble des appareils de saisie optique ou non optique des images qu’elles soient fixes ou en mouvement. On voit ainsi les formats de caméras se multiplier en fonction d’usages sans cesse renouvelés. Nous le savons, les petites caméras embarquées ou encore les drones dont la prolifération déclenche des crises éthiques à répétition sont exemplaires de nouvelles applications.

En regard de caméras brevetées fabriquées par des industriels, des artistes ou des designers développent des outils plus expérimentaux. En 1978, Michaël Naimark construisait, trente ans avant la Google Car et l’invention de Streetview, un dispositif capable de restituer photographiquement un environnement urbain de façon interactive[4]. Aujourd’hui, la multiplication des Fablabs permet l’émergence de caméras nouvelles comme dernièrement la Lily Camera qui vole et suit l’opérateur dans ses déplacements[5]. Cet engagement dans la fabrication des caméras implique pour le faiseur d’images de devenir partie prenante dans la conceptualisation de l’outil qu’il utilise.

L’ENSP organise plusieurs rendez-vous sur cette thématique en espérant notamment recenser les expériences les plus pertinentes concernant les images opératoires et en proposant de nouvelles applications consécutives à la réalisation de prototypes.

Reconnaissance

Les images opératoires sont des outils de mesure qui permettent l’analyse d’une situation, d’une activité ou d’un comportement : « they are not only an interface, but play an active role in synchronic data exchanges[6] ». Les programmes de reconnaissance filtrent les éléments à retenir, les circonscrivent et les comparent avec des modèles établis au préalable. Par exemple, les activités humaines sont réduites, parfois de façon tendancieuse, à des calculs algorithmiques sur la base d’informations essentiellement visuelles. On confère au couplage de l’image et des algorithmes une valeur de vérité telle que par exemple elle motive le recours à des frappes aériennes par drone dans la lutte antiterroriste menée par les États-Unis.

En collaboration avec ses partenaires, l’ENSP va développer des bibliothèques de programmes et des applications communes. Ces outils ont vocation à être partagés notamment dans le cadre pédagogique. Ils sont également réflexifs puisqu’ils permettent de faire avancer les questionnements épistémologiques, scientifiques et éthiques que pose cette relation entre la captation de l’image et son analyse algorithmique.

  1. Machine de vision mondialisée

Par augmentation tentaculaire des caméras, le monde devient observable et déchiffrable à une échelle planétaire. Les drones, les caméras de surveillance ou incluses dans les appareils mobiles, les satellites, les webcams dans l’espace urbain, illustrent aussi cet accroissement mycélien des machines de vision. En considérant que le champ des caméras s’ajoute les uns aux autres, il se pose la question de ce qui demeure hors d’atteinte d’une prise de vue, de ce qui reste hors-champ. Nous le voyons dans l’actualité, le déchiffrement systématique des images de différentes sources infère des recoupements et des recouvrements d’un même événement sans que pour autant une lecture certaine ne soit toujours possible. À l’inverse, les images manquent parfois cruellement, si bien qu’il s’avère difficile de remonter le fil de l’événement comme dans la disparition du vol de la Malaysia Airlines en 2014.

Les chercheurs du projet souhaitent se pencher sur l’idée d’une machine de vision mondialisée et sur la dichotomie champ/hors-champ à l’échelle planétaire. En premier lieu, il s’agit de dresser une sorte de typologie des pratiques de la captation d’images destinée à une forme d’observation du monde. Une telle typologie doit mettre en lumière de nouvelles méthodologies de connaissance du monde tant au niveau politique, social, scientifique ou artistique.

  1. Modalités de mise en œuvre

Le projet se situe à la fois dans le champ de l’art contemporain et du design avec pour rappel les trois missions citées ci-dessus : veille et état de l’art, créations expérimentales et valorisation.

Le laboratoire de recherche sur l’image numérique est constitué d’enseignants chercheurs et d’étudiants et de chercheurs associés. L’articulation de la recherche se fait en étroite corrélation avec les activités pédagogiques de l’école par la mise en place de formats spécialement dédiés :

– Workshops mixtes recherche et pédagogie avec un chercheur associé

– Partage des contenus de cours/séminaires et workshops entre les différents partenaires par l’intermédiaire d’une plateforme en ligne commune.

– Partage d’applications, de programmes et d’outils développés lors des différents rendez-vous.

Les étudiants associés au laboratoire reçoivent une aide dédiée dans le développement de leur projet personnel. Ils sont également actifs lors des activités collectives par exemple au moment de l’Obs/IN ou pour la réalisation de projets communs. De plus, ils sont invités à contribuer aux enquêtes relevant de l’état de l’art en alimentant, entre autres, la chaine vidéo consacrée au projet et qui sera mise en place en 2016. De plus, le partenariat avec l’UQAM permet une plus grande mobilité des chercheurs et des étudiants puisque des échanges sont organisés entre les différentes institutions.

Programme Les Images Opératoires ENSP /UQAM/HEAD 2015-2016

 

NOTES

[1]. Albrecht Meydenbauer (1834-1921), est un ingénieur civil allemand inventeur de la photogrammétrie. Ce dernier, en charge du mesurage de la cathédrale de Wetzlar, décide pour économiser le coût d’un échafaudage de recourir à une nacelle de laquelle il manque de tomber. En comprenant le danger de faire un mesurage ainsi perché en hauteur, il imagine pouvoir convertir la vue perspective inversée de la photographie en outil de mesure.

[2]. Harun Farocki, Images du monde et inscription de la guerre, 16 mm, couleur et n&b, son, 75 min, 1988

[3]. Harun Farocki, « La Guerre trouve toujours un moyen », HF | RG, Harun Farocki & Rodney Graham, Les Presses du réel, Jeu de Paume, Paris, 2009

[4]. Michaël Naimark, Aspen Moviemap, 1978

[5]. Plus récemment, Jean-Luc Godard a utilisé dans Adieu au langage (2014) des caméras 3D spécialement fabriquées pour son film de façon artisanale, lui permettant ainsi de se distancier des standards techniques imposés notamment par les lobbys du cinéma américain. Lire à ce propos, Jean-Louis Boissier, « Godard et son truchement », La Couleur des jours 14, printemps 2015, Genève

[6]. Ingrid Hoelzl, « The Operative Image – an Approximation », publié sur MediaCommons |a digital scholarly network http://mediacommons.futureofthebook.org, sur 24 janvier 2015, URL: http://mediacommons.futureofthebook.org/tne/pieces/operative-imageapproximation