#1 Visibilités des images (2015-2018)

TEXTE DE PRÉSENTATION DU PROGRAMME DE RECHERCHE

« la circulation d’une invisible similitude entre des
visibilités qui nous instruisent ou nous enchantent en ne cessant de nous tromper » Marie José Mondzain, L’image

• L’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles fonde en juillet 2015 une nouvelle unité de recherche nommée Centre de Recherche Art & Image (CRAI). Ce centre de recherche a pour visée la coordination et la diffusion de l’ensemble des laboratoires de recherche, des projets et des moyens de publication des objets de recherche produits par l’école.

• C’est dans ce cadre que le CRAI propose des « enjeux de la recherche » qui sont définis par l’ensemble des artistes enseignants chercheurs, tous les trois ou quatre ans. Ces enjeux de la recherche ont pour visée de rassembler sur ces périodes nos préoccupations afin d’en faciliter la publication et la diffusion. Nous avons décidé d’inscrire nos recherches dans une première phase (2015-2018) qui portera le titre de « Visibilité des images ».
Le CRAI a pour enjeux majeurs de définir et de défendre ce qui se nomme recherche en art, et spécifiquement ici, recherche en lien avec les questions de l’image et de la photographie.
Issues des réformes du processus de Bologne, les écoles d’art sont désormais attachées à l’histoire de la recherche et à son inscription. C’est dans cette élaboration complexe que se situe précisément le CRAI. Il s’agira de proposer à la fois un cadre théorique et esthétique à une histoire du visible et des images et à la fois proposer les cadres méthodologiques et épistémologiques de ce que nous nommons recherche en art.
C’est pour cette raison que nous inscrivons dès le début cette recherche en art à partir des sphères de la production, à partir des dispositifs, à partir de la détermination précise d’une masse critique et enfin à partir de la capacité à publier et à rendre public. Ce sera l’enjeu du CRAI.

• La création du CRAI dépend de la singularité de la pédagogie de l’Ensp d’Arles comme Master, essentiellement, et maintenant comme Doctorat de Création. En ce sens, le CRAI est une liaison entre les artistes chercheurs du Master et du Doctorat. Elle se légitime en tant que telle comme Centre de recherche. Dans le cadre du Master les étudiants sont appelés à « acquérir » trois éléments, le développement du projet personnel, puis l’inscription dans une masse critique et enfin la capacité à déterminer et à déconstruire les systèmes analytiques. C’est pour cela que l’enseignement à l’ENSP est toujours artistique, théorique et technique. C’est pour cette raison encore qu’il était nécessaire de constituer ce Centre de Recherche afin de rassembler l’ensemble de nos modèles d’analyse, de rassembler les éléments de corpus et de bibliographie, les projets, les propositions théoriques des chercheurs et, bien sûr, leurs travaux plastiques et artistiques.

• C’est pour l’ensemble de ces raisons qu’il était nécessaire de penser un Centre de Recherche fondé sur un travail d’observation et d’analyse de la modernité du concept d’image. En somme, ouvrir une unité de recherche fondée sur une interrogation primordiale des visibilités des images.
Par ailleurs il fallait encore affirmer que l’enjeu essentiel du CRAI est l’interprétation et l’observation des relations complexes entre art et image. Leurs relations ont fondé un débat complexe sur la production et l’opérativité des images et plus généralement sur le concept d’opérativité pour l’être. C’est encore les relations complexes de l’art et de l’image qui ont fondé, pour partie, les crises que nous avons nommé de la modernité. Il s’agit bien sûr des trois modernités en tant que modernité fondée sur l’affirmation de la transcendance de la raison, puis comme critique de la transcendance et enfin comme critique de la raison. C’est pour cela qu’il nous semblait important d’ouvrir un nouveau champ de recherche pour penser la modernité technique, esthétique et théorique des relations qu’art et image entretiennent.

• Le programme Visibilités des images prendra effet à partir de trois axes fondamentaux qui détermineront les enjeux épistémologiques, théoriques et plastiques de nos recherches : il s’agira de ce que nous pourrions nommer trois axes comme image-texte, image-opératoire et image-observatoire. C’est à partir de ces trois schémas que nous serons en mesure de proposer un nouveau regard sur les pratiques de l’image.
Le programme Visibilités des images prendra effet, dès 2015, avec deux laboratoires de recherche, l’un Prospectives de l’Image (dir. Caroline Bernard), l’autre Figure Images Grammaire (dir. Fabien Vallos).
Le programme de recherche Visibilités des images prendra effet à partir d’une série de cinq projets menés par les artistes enseignants chercheurs et les chercheurs associés de l’école.
Enfin, le programme de recherche Visibilités des images rendra efficient et visible l’ensemble des objets de nos recherches à partir de cinq modes de diffusion et de publication : les articles publiés sur le carnet de recherche, les éditions de l’ENSP, les expositions, les projets et les journées d’étude.