Article 021 – Fabien Vallos, L’adresse

FABIEN VALLOS

L’adresse

Comment une œuvre d’art s’adresse-t-elle à un spectateur ? Chose inconcevable dans le monde antique, le concept d’image repose désormais sur le déséquilibre entre la technicité de l’émetteur et la non-technicité du spectateur. Les écueils d’un tel écart sont l’aliénation, la formation d’une technocratie artistique, la fascination et la surévaluation du processus technique. La pensée moderne tente de rétablir un équilibre entre émetteur et récepteur, notamment en affirmant que le spectateur fait l’œuvre (ce qu’on peut nommer processus duchampien). Néanmoins, on assiste à une médiation croissante entre œuvres et spectateurs et à une réduction de ceux-ci à un public, ou pire, à des clients. Ces processus sont une confiscation de l’art et une négation des capacités de l’être à se sentir adressé. Dès lors, dans quelle mesure doit-on accepter la médiation ?

Texte (pdf)

Mots-clés : Vallos, adresse, spectateur, technicité, médiation, public, industrie culturelle



Citer ce billet
Fabien Vallos (2016, 18 octobre). Article 021 – Fabien Vallos, L’adresse. ENSP-CRAI. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofoq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.