Article 65 – Colloque Actes & Images: Aurélie Petrel

AURÉLIE PÉTREL

Acuité visuelle/acuité corporelle

Une partie de mes pièces tente de laisser venir l’impensé par une méthode d’observation patiente. Je prendrai pour point de départ l’oeuvre Desaparecidos (comment peut-on traduire 20 années de présence dans un désert chilien en activant une seule prise de vue ?) pour montrer le principe de la persistance du regard recherché. J’exerce dans mes installations une pratique de l’attention dans la durée et fais vaciller les images. Les pièces se dissolvent tout en étant présentes, je maintiens cet état de seuil jusqu’à son maximum, celui au-dessous duquel rien ne serait plus lisible. Ainsi, les principes d’image voilée/dévoilée sont le résultat d’un mode opératoire stratifié et déployé. Penser le regardeur comme un opérateur annihile l’image qui n’existe plus a priori. Elle se révèle progressivement par l’expérience du regard dans l’exposition qui se déplie, le corps devient capteur à part entière. Aussi, je travaille à partir d’impossibilités photographiques. Je donne un corps et un espace aux prises de vue mises en jachère. Ces images latentes sont alors travaillées en atelier pour apporter une densité à la surface. À la fois le regard est confronté de très près à la prise de vue, jouant sur la visibilité, aux indices de montage, d’accrochage et en même temps, la photographie fonctionne en dialogue avec l’espace : oeuvre située, image située, image activée, oeuvre révélée.

Conférence de Aurélie Petrel dans le cadre du colloque Actes & Images, le 17 janvier 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.