Article 68 – Colloque Actes & Images: Caroline Bernard

CAROLINE BERNARD

Le Réel comme matière plastique : caméras et continuum spatio-temporel

Lorsqu’un phénomène est enregistré par une caméra, sa cohérence spatiotemporelle est, dans le même temps, transformée et préservée. Les dispositifs filmiques présentés dans cette conférence tentent, en recourant à l’enregistrement vidéo, de s’approprier le réel comme une matière et de figurer le continuum spatiotemporel. Les artistes déjouent ainsi l’inexorabilité de notre condition spatiotemporelle et tentent de révéler des dimensionnalités inaccessibles autrement. Les films supplantent leur bidimensionnalité originelle pour prendre forme, ils sont des tubes, des ellipses, des anamorphoses jusqu’à devenir parfois des objets préhensibles. L’enregistrement vidéo, en s’ancrant dans le territoire, permet aussi une appropriation du temps et de l’espace à une échelle planétaire. La machine de vision est parfois mondialisée, la prise de vue a lieu à distance par l’entremise d’une webcam séparée de l’opérateur par des milliers de kilomètres. Les images deviennent des outils de mesure et de déchiffrement de la planète, les films sont alors de nature géodésique, c’est-à-dire qu’ils contribuent à une mensuration poétique du globe terrestre.

Conférence de Caroline Bernard dans le cadre du colloque Actes & Images, le 18 janvier 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.