Article 77 – Colloque Vues & Données : Julie Martin

JULIE MARTIN

Le monochrome numérique : des données à l’écran

Si la photographie a été envisagée à ses débuts comme une prise de données,
en tant que prélèvement d’éléments du réel, les artistes ont particulièrement démontré qu’elle ne pouvait s’y limiter et qu’elle relevait plutôt d’un traitement des données. En effet, la chambre noire de l’appareil photo – semblable en cela à la black box que constituent nos appareils informatiques (Flusser, 1993) – constitue un vecteur de transformation des éléments qu’elle saisit.

À l’ère de la photographie fluide, codée, autrement dit de la photographie devenue donnée numérique, la représentation semble être mise en crise. L’un des symptômes, parmi d’autres, de cette situation, est l’existence de monochromes numériques présents dans la démarche de plusieurs artistes ayant habituellement recours aux images appareillées (Hito Steyerl, David Birkin…).
Sans être inédit dans le champ de la photographie, le monochrome manifeste-
t-il aujourd’hui une impossibilité de la photographie à représenter le monde contemporain, à prélever et à traiter la multitude des données qui en émanent ? Ou bien au contraire, cette forme écranique constitue-t-elle une stratégie de traitement des données, une interprétation à même de rendre compte de la complexité de la réalité ?

Conférence de Julie Martin dans le cadre du colloque Vues & Données, le 13 février 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.