Article 79 – Colloque Vues & Données : Olivier Assouly

OLIVIER ASSOULY

Il faut bien digérer

C’est parce que l’homme est doué d’une capacité hors du commun, supérieure
au reste des animaux, lui offrant de mémoriser un nombre important de données qu’il est un animal historique. Ce même privilège, soulignera Nietzsche, entraîne des risques, à savoir des dangers de saturation, de surcharge, à supposer déficiente la puissance de l’homme à trier, voire à effacer et oublier. Dans quelle mesure la digestion constitue-t-elle la détermination la plus adéquate en vue de traiter ce flux? À quel prix peut-on repenser aujourd’hui un accroissement des capacités
de digestion ? Au-delà d’une image utile au plan rhétorique et argumentatif, faut- il faire de la nutrition, voire du goût, ce modèle encore impensé d’un traitement des flux colossaux d’informations et d’une assimilation de l’autre nécessaire à l’individuation ?



Conférence de Olivier Assouly dans le cadre du colloque Vues & Données, le 13 février 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.