Article 82 – Colloque Vues & Données : Aurélie Pétrel

AURÉLIE PÉTREL (lecture et vidéo)

L’apparente proximité de deux termes : prise de vue et prise de données, a ouvert une zone de recherche. Partant d’observations depuis ma position d’artiste et prenant appui sur les publications et œuvres d’artistes tels que Ryoji Ikeda, Trevor Paglen ou d’écrits d’Ingrid Hoelzl, Florian Ebner, Karolina Ziebinska-Lewandowska, ou encore Marco De Mutiis, a été co-structuré un projet de recherche et création Vues & données dont il s’agira ici de developper un axe. Mené avec Garance Chabert, Manuel Sigrist et Fabien Vallos, ce projet analyse les implications du concept de « donnée » dans le champ de l’art et plus précisément dans celui de la photographie contemporaine. À partir de la pratique, sont examinées les impasses dans lesquelles tout photographe est confronté depuis l’avènement du Web (1989). Circulant sous la forme de fichiers, c’est-à-dire de données, la photographie se fluidifie; de nouvelles pratiques (partage, remix, etc.) et relations se développent. Autrement dit : en plus de représenter le monde dans lequel nous sommes, la photographie le coproduit (Roxana Marcoci, 2015). Si l’image se réduit à des données, le processus artistique se réduit-il au registre des données? La dimension de donnée de l’image impose-t-elle à l’artiste de recourir à un déplacement de ces procédés? L’enjeu de la recherche concerne le passage de la donnée brute, sans signification, au matériau artistique «non brut».

Conférence de Aurélie Pétrel dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.