Article 100 – Colloque Images & Hantises : Mauro Carbone

MAURO CARBONE

Falling men : parfois ils reviennent

Le 16 août 2021, juste après le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan, des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré des corps humains tombant d’un avion militaire américain peu de temps après son décollage de l’aéroport de Kaboul : il s’agissait de trois civils qui s’étaient accrochés au train d’atterrissage de l’appareil dans la tentative désespérée de fuir leur pays. Apparemment, des intentions très différentes par rapport à celles des personnes ayant sauté dans le vide du haut du World Trade Center incendié le 11 septembre 2001, dont les photos, mais aussi les œuvres d’art les évoquant, avaient fait l’objet d’une sorte de stratégie de refoulement, surtout aux États-Unis. Et pourtant, face aux images des falling men de Kaboul, partout dans le monde, on n’a pu s’empêcher d’évoquer celle du falling man que vingt ans plus tôt à New York Richard Drew avait fixé dans le cliché « le plus connu que personne n’a jamais vu», comme il l’a déclaré avec une ironie amère. Un cas exemplaire de « retour du refoulé» des images qui, selon Baudrillard, «sont, qu’on le veuille ou non, [la] scène primitive» du XXIe siècle.

Mauro Carbone, spécialiste d’esthétique, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France, est professeur de Philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3 (France), où il a fondé et dirige le Groupe permanent de Recherche «Vivre par(mi) les écrans» (https://vivreparmilesecrans.wixsite.com/vivreparmilesecrans), avec lequel il a co-dirigé les volumes collectifs Vivre par(mi) les écrans (Dijon, Presses du réel, 2016), Voir selon les écrans, penser selon les écrans (Paris, Mimésis, 2016), Des pouvoirs des écrans (Paris, Mimésis, 2018), ainsi que L’avenir des écrans (Paris, Mimésis, 2020).
Ses recherches actuelles sont focalisées sur les rapports entre l’expérience visuelle contemporaine et la philosophie à faire aujourd’hui. À ce sujet, parmi ses livres personnels les plus récents il faut rappeler La chair des images (Paris, Vrin, 2011), Être morts ensemble : l’événement du 11 Septembre 2001 (Genève, MētisPresses, 2013), Philosophie-écrans (Paris, Vrin, 2016) et Merleau-Ponty’s Poetic of the World (New York, Fordham, 2020) avec G. Johnson et E. de Saint Aubert.



Citer ce billet
Fabien Vallos (2022, 31 mars). Article 100 – Colloque Images & Hantises : Mauro Carbone. ENSP-CRAI. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofr1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.