Article 106 – Colloque Images & Hantises : Margaux Bonopera

MARGAUX BONOPERA

L’hantologie comme processus curatorial

En 1993 est publié, pour la première fois aux éditions Galilée, Les Spectres de Marx
du philosophe français Jacques Derrida. C’est à l’occasion de cette publication, émanant d’une conférence, que l’auteur introduit et développe le concept d’«hantologie » et plus précisément de « spectralité». Si son étude porte avant tout sur l’héritage du communisme dans la pensée philosophique de l’histoire, c’est surtout sa capacité à placer le passé comme trace active dans un temps présent nous intéresse ici.
Dans le cadre du colloque Images et hantises, sous forme de narration/conférence, il sera question de l’hantologie comme processus curatorial. L’étude de ce processus souhaite analyser de quelle manière les artistes réalisent des expositions à partir et avec le lieu pour lequel ils sont invités. Comme un contre point à la pensée de l’in-situ, l’exposition hantologique n’accueille pas l’œuvre, elle fait l’œuvre. Est hantologique ce qui suscite une trace ambigüe, spectrale, étrange. Ces expositions entretiennent ainsi un rapport volontairement contrarié à l’histoire du lieu, qui souvent devient le point de départ de l’exposition, acceptant ainsi la persistance de faits, anecdotes ou histoires passées. Favorisant des médiums tels que le son ou procédant à des déplacements ontologiques, ces expositions investissent souvent des espaces aux fonctions déjà définies ou bien évacuent toute forme de référentiel pour livrer un espace empirique auto-référencé. Si l’étude de Derrida partait d’une analyse de territoires (bloc est/ouest) pour arriver à une pensée du temps et de l’histoire, le processus hantologique appliqué à l’exposition, part de l’analyse d’une histoire choisie par l’artiste, et souvent liée au lieu, pour proposer une nouvelle œuvre que devient l’espace d’exposition.

Margaux Bonopera (Fontainebleau,1992) est curatrice indépendante et assistante curatrice à la Fondation Vincent van Gogh Arles. Après une licence d’histoire de l’art à l’Ecole du Louvre (Paris), elle est diplômée du Royal College of Art (Londres) et travaille pour diverses institutions culturelles (Fondation Cartier, Fondation Carmignac, etc.). Dès 2016, elle s’intéresse à la notion de magie dans l’art contemporain, et plus spécifiquement à l’hantologie comme processus curatorial après une résidence au centre d’art SaSa Bassac à Phnom Penh au Cambodge la même année. Margaux Bonopera développe aussi une pratique d’écriture fictionnelle (Tour à Tour, PAC 2021, Les Carnavalesques, HorsPiste, Pompidou 2020, Relevés, Arles 2019…) conjointement à un travail critique (Documents d’artistes Aquitaine, MOCO Montpellier, Ateliers de la ville de Marseille, Duuu Radio Paris). Elle s’occupe depuis 2018 de la résidence l’Opéra avec Grégoire d’Ablon au sein de leur maison à Arles et est lauréate avec Elsa Vettier de la bourse 2021-2022 dédiée aux commissaires d’exposition des Mécènes du Sud Occitanie.

Conférence de Margaux Bonopera dans le cadre du colloque Images et Hantises, le 26 mars 2022



Citer ce billet
Fabien Vallos (2022, 31 mars). Article 106 – Colloque Images & Hantises : Margaux Bonopera. ENSP-CRAI. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofr7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.