Article 72 – Colloque Actes & Images: Michel Poivert

MICHEL POIVERT

Re-prendre la photographie

Comment caractériser les pratiques qui, en apparence, semblent éloignées les unes des autres comme l’appropriation, la réactivation de procédés anténumériques ou bien encore l’installation photographique ? N’y-a-t-il pas depuis les années 2000 des processus qui consistent à recomposer ou re-prendre la photographie ? Après avoir réfléchi la notion d’image performée, nous proposons ici de caractériser la performation des images comme l’une des propositions artistiques majeure de la photographie à l’époque de la culture numérique.

Conférence de Michel Poivert dans le cadre du colloque Actes & Images, le 18 janvier 2019

Article 71 – Colloque Actes & Images: Fabien Vallos

FABIEN VALLOS

Actes & images

Les recherches entamées pour le Laboratoire Fig. tentent de saisir ce qu’est un acte dit performatif en tant qu’il serait la possibilité la plus moderne et la plus contemporaine de penser l’activité artistique que nous nommons une prise (de la prise du réel à sa transformation en donnée). Nous intéresse de décrire non pas un objet (la performance) mais un processus (la performativité). Il s’agit de penser ce qu’est l’agir artistique et l’acte. Pour cela il s’agit d’en produire une archéologie : sa provenance est la distinction aristotélicienne des agir à partir de leur finalité. Il s’agit alors de penser les relations entre le geste et l’image, autrement dit entre l’acte et l’image. Notre hypothèse consiste à penser que l’image a à voir fondamentalement avec le geste et que la photographie est une histoire matérielle du geste. Après avoir examiné les concepts de processus et de gestes, il faut penser celui de protocole. D’abord parce qu’il est essentiel pour la pensée moderne et contemporaine de l’art, mais aussi pour penser le concept de performativité, parce qu’il est un moyen de faire adhérer (de coller) deux choses qui ne sont pas compatibles, la teneur objective et la teneur performative.

Conférence de Fabien Vallos dans le cadre du colloque Actes & Images, le 18 janvier 2019

Article 70 – Colloque Actes & Images: Chiara Vecchiarelli

L’opération d’image. D’un rendez-vous entre philosophie et pratiques artistiques contemporaines

Nous reprenons la proposition d’une histoire matérielle de l’art dans l’intention de la libérer de la dicotomie oeuvre/spectateur. Il s’agira de trouver dans l’oeuvre même le centre actif de l’opération d’image. Pour ce faire, on propose de penser à l’oeuvre contemporaine comme à un lieu, à la fois matériel et conceptuel, qui ne se laisserait pas réduire à une seule des hypostases du couple objet/sujet. Nous découvrirons un lieu où l’image et l’imagination se rejoignent et dans lequel il n’est désormais plus possible de faire ni de l’oeuvre ni de son auteur, aussi multiple qu’il soit, le terme privilégié de l’opération d’image.

Conférence de Chiara Vecchiarelli dans le cadre du colloque Actes & Images, le 18 janvier 2019

Article 68 – Colloque Actes & Images: Caroline Bernard

CAROLINE BERNARD

Le Réel comme matière plastique : caméras et continuum spatio-temporel

Lorsqu’un phénomène est enregistré par une caméra, sa cohérence spatiotemporelle est, dans le même temps, transformée et préservée. Les dispositifs filmiques présentés dans cette conférence tentent, en recourant à l’enregistrement vidéo, de s’approprier le réel comme une matière et de figurer le continuum spatiotemporel. Les artistes déjouent ainsi l’inexorabilité de notre condition spatiotemporelle et tentent de révéler des dimensionnalités inaccessibles autrement. Les films supplantent leur bidimensionnalité originelle pour prendre forme, ils sont des tubes, des ellipses, des anamorphoses jusqu’à devenir parfois des objets préhensibles. L’enregistrement vidéo, en s’ancrant dans le territoire, permet aussi une appropriation du temps et de l’espace à une échelle planétaire. La machine de vision est parfois mondialisée, la prise de vue a lieu à distance par l’entremise d’une webcam séparée de l’opérateur par des milliers de kilomètres. Les images deviennent des outils de mesure et de déchiffrement de la planète, les films sont alors de nature géodésique, c’est-à-dire qu’ils contribuent à une mensuration poétique du globe terrestre.

Conférence de Caroline Bernard dans le cadre du colloque Actes & Images, le 18 janvier 2019

Article 67 – Colloque Actes & Images: Flora Katz

FLORA KATZ

Le visiteur : une entité parmi d’autres. Étude de quelques systèmes complexes.

La transformation des théories de la réception vers une co-actorialité peut prendre pour point de départ l’étude d’une forme d’oeuvre qui nécessite ce changement, les systèmes complexes. Dans ces oeuvres mouvantes et auto-organisées, le visiteur est partie prenante, mais non nécessaire, et ce au même titre que d’autres éléments qui sont en interaction. Nous nous appuierons sur les oeuvres des artistes Dora Budor et Pierre Huyghe pour définir la forme des systèmes complexes et analyser la relation qu’elle développe avec le visiteur, entre détermination et contingence.

Conférence de Flora Katz dans le cadre du colloque Actes & Images, le 18 janvier 2019

Article 66 – Colloque Actes & Images: Pierre-Damien Huyghe

PIERRE-DAMIEN HUYGHE

Prenant en compte le lexique de l’appel à communication rédigé par Fabien Vallos, je voudrais malgré tout soutenir l’idée qu’il existe un faire, geste ou gestation, qui, sans relever à proprement parler d’un agir, explique une part essentielle de l’histoire de l’art, celle qui eut besoin de la notion de modernité. Cette notion est-elle désormais inactuelle ? Telle est la question que je voudrais soumettre à la discussion.

Conférence de Pierre-Damien Huyghe dans le cadre du colloque Actes & Images, le 17 janvier 2019

Article 65 – Colloque Actes & Images: Aurélie Petrel

AURÉLIE PÉTREL

Acuité visuelle/acuité corporelle

Une partie de mes pièces tente de laisser venir l’impensé par une méthode d’observation patiente. Je prendrai pour point de départ l’oeuvre Desaparecidos (comment peut-on traduire 20 années de présence dans un désert chilien en activant une seule prise de vue ?) pour montrer le principe de la persistance du regard recherché. J’exerce dans mes installations une pratique de l’attention dans la durée et fais vaciller les images. Les pièces se dissolvent tout en étant présentes, je maintiens cet état de seuil jusqu’à son maximum, celui au-dessous duquel rien ne serait plus lisible. Ainsi, les principes d’image voilée/dévoilée sont le résultat d’un mode opératoire stratifié et déployé. Penser le regardeur comme un opérateur annihile l’image qui n’existe plus a priori. Elle se révèle progressivement par l’expérience du regard dans l’exposition qui se déplie, le corps devient capteur à part entière. Aussi, je travaille à partir d’impossibilités photographiques. Je donne un corps et un espace aux prises de vue mises en jachère. Ces images latentes sont alors travaillées en atelier pour apporter une densité à la surface. À la fois le regard est confronté de très près à la prise de vue, jouant sur la visibilité, aux indices de montage, d’accrochage et en même temps, la photographie fonctionne en dialogue avec l’espace : oeuvre située, image située, image activée, oeuvre révélée.

Conférence de Aurélie Petrel dans le cadre du colloque Actes & Images, le 17 janvier 2019

Article 64 – Colloque Actes & Images: Vanessa Theodoropoulou

VANESSA THEODOROPOULOU

De la mise à mort à la mise en oeuvre des objets et des corps dans l’action artistique,une étude de cas.

En partant de l’idée deweyenne que l’art qualifie aussi bien l’acte de faire que lachose faite et qu’en même temps, il existe une différence entre un produit de l’art et une oeuvre d’art, nous essaierons, par le biais de quelques exemples d’oeuvres sollicitant le regard (et le corps), d’évoquer les modalités et enjeux de cette « mise en oeuvre », opérée au moment où sont activées monstration et perception.

Conférence de Vanessa Theodoropoulou dans le cadre du colloque Actes & Images, le 17 janvier 2019

Article 061 – Journée d’étude Iconologie: Maxime Boidy

Conférence de Maxime Boidy, Iconology as political philosophy

Enregistrement audio de la conférence dans le cadre de la journée d’étude Iconologie le 14 octobre 2018

L’École nationale supérieure de la photographie et le Centre de Recherche Art et Image organisent le 14 octobre une journée d’étude autour des travaux de W.J.T. Mitchell à l’occasion de sa venue en France. Cette manifestation accompagne la publication du numéro 12 de la revue Inframince consacrée aux images tactiques et la réédition d’Iconologie, ouvrage fondateur des Visual Studies, aux Éditions Amsterdam.

Trois interventions par Maxime Boidy, Nicolas Giraud et W.J.T. Mitchell dessineront un état des usages contemporains de l’image. Une discussion clôturera les échanges.

Information 11.06.2018 Actes

Sortie des actes du colloque Arts & Langages. 

éditions CRAIE et ENSP – 280 pages – 16 euros – Les Presses du réel 

Le colloque Arts & Langages a eu lieu les 7 et 8 février 2018 aux Forges – Parc des Ateliers – LUMA Arles. Il a été conçu par Fabien Vallos & les étudiants du Laboratoire Figavec le Centre de recherche art & image (CRAIde École nationale supérieure de la photographie, Arles & avec le soutien de la Fondation LUMA, Arles.

Intervenants Maxime Boidy, Antoine Dufeu, Alessandro De Francesco, Nicolas Giraud, Sophie Kaplan, Chloé Maillet, Julia Marchand, Cédric Mazet Zaccardelli, Pascal Mougin, Magali Nachtergael, Paulo Pires do Vale, Sébastien Pluot, Alexandre Quoi, Fabien Vallos.

Équipe du laboratoire Fig. Grégoire d’Ablon, Marie Applagnat, Anaïs Castaings, Esther Coquet, Alexandre Desson, Quentin Fagart, Tanguy Gatay, Marie Hervé, Thomas Jezequel, Charlotte-Victoire Legrain, Lucie Liabeuf, Elsa Martinez, Jonathan Mourglia, Eryn Millien, Claire Nicolas-Fioraso, Gwénaël Porte (secrétaire du CRAI), Fanny Terno (secrétaire du laboratoire Fig.).