Article 86 – Colloque Vues & Données : Caroline Bernard

CAROLINE BERNARD

Des données à la posologie

La géodésie est la science de la mesure de la Terre. Aujourd’hui, par la conjonction de la caméra et de l’algorithme, on dessine de nouvelles géographies fondées sur le fractionnement de l’image en données quanti ables. Cette approche quantitative dissout le tout de l’image dans une grande machinerie planétaire au profit de la somme de ses parties. Les activités humaines sont ainsi réduites, sur la base d’informations essentiellement visuelles, à des calculs algorithmiques. En fonction de leur analyse, on déclare symptômes, prescriptions et posologies.

Conférence de Caroline Bernard dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

 

Article 85 – Colloque Vues & Données : Arthur Fouray

ARTHUR FOURAY

Notre présent individuel, collectif, planétaire est soumis plus que jamais à son propre enregistrement constant, permanent, et exhaustif. Les « données » et «informations» recueillies interrogent cependant par leur masse croissante et exponentielle. Celle-ci, par effet de saturation et par excès de spécialisations, génère à l’heure actuelle une chapellisation généralisée des connaissances. Il s’agit ici de poser la question d’une écologie appliquée à l’archive, autrement dit, d’étudier les interactions entre données enregistrées et contextes archivistiques qui leur permettent d’être accessibles, compréhensibles et ce, à quelles destinations ou quels destinataires.

Conférence de Arthur Fouray dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 84 – Colloque Vues & Données : Garance Chabert

GARANCE CHABERT

Pratiques du flux : l’image en proie à l’excès du visible

De nombreuses pratiques artistiques d’appropriation se focalisent depuis la n des années 2000 sur les enjeux sensibles et politiques de l’environnement numérique actuel, dont l’interface internet, et nourrissent leurs œuvres des images qui y sont accessibles et y circulent. La fluidité des données, le profilage induit par les algorithmes, l’étrangeté des contenus générés par des machines, etc. sont autant de sujets qui irriguent les œuvres iconographes ces dernières années. À partir de quelques exemples, on étudiera quelques stratégies artistiques d’infiltration et de détournement des images.

Conférence de Garance Chabert dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 83 – Colloque Vues & Données : Adèle Delefosse, Emilio Azevedo, Elena Corradi, Eryn Millien, Gaëtan Soerensen, Thomas Pendeliau, Constance Heilman et Gaëlle Delort

LES ÉTUDIANTES ET ÉTUDIANTS DU LABORATOIRE FIG. :
Adèle Delefosse, Emilio Azevedo, Elena Corradi, Eryn Millien, Gaëtan Soerensen, Thomas Pendeliau, Constance Heilman et Gaëlle Delort

Conférence des étudiantes et étudiants du laboratoire FIG. dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 82 – Colloque Vues & Données : Aurélie Pétrel

AURÉLIE PÉTREL (lecture et vidéo)

L’apparente proximité de deux termes : prise de vue et prise de données, a ouvert une zone de recherche. Partant d’observations depuis ma position d’artiste et prenant appui sur les publications et œuvres d’artistes tels que Ryoji Ikeda, Trevor Paglen ou d’écrits d’Ingrid Hoelzl, Florian Ebner, Karolina Ziebinska-Lewandowska, ou encore Marco De Mutiis, a été co-structuré un projet de recherche et création Vues & données dont il s’agira ici de developper un axe. Mené avec Garance Chabert, Manuel Sigrist et Fabien Vallos, ce projet analyse les implications du concept de « donnée » dans le champ de l’art et plus précisément dans celui de la photographie contemporaine. À partir de la pratique, sont examinées les impasses dans lesquelles tout photographe est confronté depuis l’avènement du Web (1989). Circulant sous la forme de fichiers, c’est-à-dire de données, la photographie se fluidifie; de nouvelles pratiques (partage, remix, etc.) et relations se développent. Autrement dit : en plus de représenter le monde dans lequel nous sommes, la photographie le coproduit (Roxana Marcoci, 2015). Si l’image se réduit à des données, le processus artistique se réduit-il au registre des données? La dimension de donnée de l’image impose-t-elle à l’artiste de recourir à un déplacement de ces procédés? L’enjeu de la recherche concerne le passage de la donnée brute, sans signification, au matériau artistique «non brut».

Conférence de Aurélie Pétrel dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 81 – Colloque Vues & Données : Fabien Vallos

FABIEN VALLOS

Vues & données : tournant métaphysique

L’interprétation du concept de données suppose que nous soyons en mesure de proposer une interprétation du concept de « prises ». Il faut prendre dans le monde pour pouvoir le transférer en don ou en données. C’est cette relation occultée
qu’il nous intéresse d’analyser à partir de l’hypothèse que la philosophie est une pensée du soin en tant qu’elle indique la nécessité d’une position vigilante sur les manières avec lesquelles nous prélevons et nous transformons en données. Il s’agira alors de penser, depuis les pratiques artistiques et visuelles, les modi cations de
la métaphysique et des processus artistiques. Nous indiquerons alors une lecture qui permettrait à la fois d’interpréter le «tournant» de la pensée moderne et d’indiquer qu’une lecture de cette problématique se trouve en fait dès les début
de la métaphysique occidentale comme une mise en garde à la fois de nos modes
de captation du réel et de la réalité et de nos modes de stockage de ce que nous considérons être, pour nous, nécessairement fond et fonds.



Conférence de Fabien Vallos dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 80 – Colloque Vues & Données : Anthony Masure

ANTHONY MASURE

Pas vu pas pris : le code comme entité managériale

La démultiplication et la collecte des «données» numériques à grande échelle,
sur lesquelles les citoyens n’ont que peu de « prise », prolonge dans le champ psychique à la vieille utopie de mesurer chaque entité matérielle du monde. L’invisibilisation (la soustraction à la vue) des opérations de calcul et de traduction propre à l’informatique masque les idéologies (politiques, etc.) qui les sous- tendent : comment faire pour que le code informatique n’ait pas pour seule visée le management des êtres humains ? Pour proposer des réorientations soutenables permettant de desserrer l’emprise des données numériques, il est nécessaire d’aller à rebours des discours inscrivant l’informatique dans une évolution voire dans une révolution. Une étude « archéologique » inscrivant la notion de donnée depuis les champs du cinéma (Lev Manovich) et de la photographie (Vilém Flusser) fait ainsi apparaître des disjonctions entre ce qu’on pensait être nouveau et ce qui était déjà là parmi nous, en latence.


Conférence de Anthony Masure dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 79 – Colloque Vues & Données : Olivier Assouly

OLIVIER ASSOULY

Il faut bien digérer

C’est parce que l’homme est doué d’une capacité hors du commun, supérieure
au reste des animaux, lui offrant de mémoriser un nombre important de données qu’il est un animal historique. Ce même privilège, soulignera Nietzsche, entraîne des risques, à savoir des dangers de saturation, de surcharge, à supposer déficiente la puissance de l’homme à trier, voire à effacer et oublier. Dans quelle mesure la digestion constitue-t-elle la détermination la plus adéquate en vue de traiter ce flux? À quel prix peut-on repenser aujourd’hui un accroissement des capacités
de digestion ? Au-delà d’une image utile au plan rhétorique et argumentatif, faut- il faire de la nutrition, voire du goût, ce modèle encore impensé d’un traitement des flux colossaux d’informations et d’une assimilation de l’autre nécessaire à l’individuation ?



Conférence de Olivier Assouly dans le cadre du colloque Vues & Données, le 13 février 2020

Article 78 -Colloque Vues & Données : Manuel Sigrist

MANUEL SIGRIST

De la vue à la donnée

À travers différents exemples de projets en cours, il s’agira explorer la transformation d’un ensemble de photographies en une source de données.
En convertissant lumière et couleur en données, une nouvelle organisation
des collections est apparue. Cette expérience menée actuellement au sein de Plateforme 10 a fait naître un nuancier inédit.
Que se passe-t-il lorsqu’on organise une rencontre de deux ensembles de photographies à travers le prisme du machine learning ? Cette seconde expérience présentée au Musée de l’Élysée permet d’entrevoir le potentiel et les limites des algorithmes de classification.
En traçant de nouvelles cartographies des collections, LCD et Artificial Intersections invitent à s’interroger sur ce qui se passe lorsqu’une prise de vue indexée dans une collection se transforme en donnée.

Conférence de Manuel Sigrist dans le cadre du colloque Vues & Données, le 13 février 2020

Article 77 – Colloque Vues & Données : Julie Martin

JULIE MARTIN

Le monochrome numérique : des données à l’écran

Si la photographie a été envisagée à ses débuts comme une prise de données,
en tant que prélèvement d’éléments du réel, les artistes ont particulièrement démontré qu’elle ne pouvait s’y limiter et qu’elle relevait plutôt d’un traitement des données. En effet, la chambre noire de l’appareil photo – semblable en cela à la black box que constituent nos appareils informatiques (Flusser, 1993) – constitue un vecteur de transformation des éléments qu’elle saisit.

À l’ère de la photographie fluide, codée, autrement dit de la photographie devenue donnée numérique, la représentation semble être mise en crise. L’un des symptômes, parmi d’autres, de cette situation, est l’existence de monochromes numériques présents dans la démarche de plusieurs artistes ayant habituellement recours aux images appareillées (Hito Steyerl, David Birkin…).
Sans être inédit dans le champ de la photographie, le monochrome manifeste-
t-il aujourd’hui une impossibilité de la photographie à représenter le monde contemporain, à prélever et à traiter la multitude des données qui en émanent ? Ou bien au contraire, cette forme écranique constitue-t-elle une stratégie de traitement des données, une interprétation à même de rendre compte de la complexité de la réalité ?

Conférence de Julie Martin dans le cadre du colloque Vues & Données, le 13 février 2020

Info. – Colloque III – 13-14.02.2020

École nationale supérieure de la photographie

Centre de recherche art et image (CRAI) & Laboratoire Fig. présentent

colloque vues & données

De la prise de vue à l’épreuve de la donnée comme histoire matérielle de l’image

Dans le cadre des activités du Centre de recherche art et image (CRAI), du Laboratoire Fig. et du projet de recherche éponyme porté à la HEAD – Genève avec le soutien du Fonds stratégique de la recherche Hes-so, l’École nationale supérieure de la photographie propose un troisième colloque qui aura lieu les 13 & 14 février 2020.

LIVRET DU COLLOQUE III

 

Info. – Nouveau numéro de la revue Inframince

Le dernier numéro de la revue Inframince est disponible :

Inframince numéro 14 : économie de l’image, image de l’économie
La photographie n’est pas un objet stable, elle dépend des techniques qui la produisent et la diffusent. Son rôle, comme celui de toute image, n’est pas restreint aux seules fonctions de représentation, mais s’inscrit plus largement dans un environnement symbolique, économique et technique. À ce double titre, la photographie opère selon une économie propre aux images et prend place dans une perspective économique plus générale. L’image supporte en effet de nombreux modes de transaction, suppléant ou redoublant les fonctions de la monnaie. Cette « fonctionnalisation » des images mérite d’être interrogée aussi bien dans son actualité que dans son historicité, à la suite notamment des travaux de Marie-José Mondzain. L’augmentation de la photographie par le numérique n’a pas changé les fondements de cette économie iconique, mais lui confère une omniprésence qui la met désormais en concurrence avec les produits de l’économie dite réelle.

Article 72 – Colloque Actes & Images: Michel Poivert

MICHEL POIVERT

Re-prendre la photographie

Comment caractériser les pratiques qui, en apparence, semblent éloignées les unes des autres comme l’appropriation, la réactivation de procédés anténumériques ou bien encore l’installation photographique ? N’y-a-t-il pas depuis les années 2000 des processus qui consistent à recomposer ou re-prendre la photographie ? Après avoir réfléchi la notion d’image performée, nous proposons ici de caractériser la performation des images comme l’une des propositions artistiques majeure de la photographie à l’époque de la culture numérique.

Conférence de Michel Poivert dans le cadre du colloque Actes & Images, le 18 janvier 2019

Article 71 – Colloque Actes & Images: Fabien Vallos

FABIEN VALLOS

Actes & images

Les recherches entamées pour le Laboratoire Fig. tentent de saisir ce qu’est un acte dit performatif en tant qu’il serait la possibilité la plus moderne et la plus contemporaine de penser l’activité artistique que nous nommons une prise (de la prise du réel à sa transformation en donnée). Nous intéresse de décrire non pas un objet (la performance) mais un processus (la performativité). Il s’agit de penser ce qu’est l’agir artistique et l’acte. Pour cela il s’agit d’en produire une archéologie : sa provenance est la distinction aristotélicienne des agir à partir de leur finalité. Il s’agit alors de penser les relations entre le geste et l’image, autrement dit entre l’acte et l’image. Notre hypothèse consiste à penser que l’image a à voir fondamentalement avec le geste et que la photographie est une histoire matérielle du geste. Après avoir examiné les concepts de processus et de gestes, il faut penser celui de protocole. D’abord parce qu’il est essentiel pour la pensée moderne et contemporaine de l’art, mais aussi pour penser le concept de performativité, parce qu’il est un moyen de faire adhérer (de coller) deux choses qui ne sont pas compatibles, la teneur objective et la teneur performative.

Conférence de Fabien Vallos dans le cadre du colloque Actes & Images, le 18 janvier 2019

Article 70 – Colloque Actes & Images: Chiara Vecchiarelli

L’opération d’image. D’un rendez-vous entre philosophie et pratiques artistiques contemporaines

Nous reprenons la proposition d’une histoire matérielle de l’art dans l’intention de la libérer de la dicotomie oeuvre/spectateur. Il s’agira de trouver dans l’oeuvre même le centre actif de l’opération d’image. Pour ce faire, on propose de penser à l’oeuvre contemporaine comme à un lieu, à la fois matériel et conceptuel, qui ne se laisserait pas réduire à une seule des hypostases du couple objet/sujet. Nous découvrirons un lieu où l’image et l’imagination se rejoignent et dans lequel il n’est désormais plus possible de faire ni de l’oeuvre ni de son auteur, aussi multiple qu’il soit, le terme privilégié de l’opération d’image.

Conférence de Chiara Vecchiarelli dans le cadre du colloque Actes & Images, le 18 janvier 2019

Article 68 – Colloque Actes & Images: Caroline Bernard

CAROLINE BERNARD

Le Réel comme matière plastique : caméras et continuum spatio-temporel

Lorsqu’un phénomène est enregistré par une caméra, sa cohérence spatiotemporelle est, dans le même temps, transformée et préservée. Les dispositifs filmiques présentés dans cette conférence tentent, en recourant à l’enregistrement vidéo, de s’approprier le réel comme une matière et de figurer le continuum spatiotemporel. Les artistes déjouent ainsi l’inexorabilité de notre condition spatiotemporelle et tentent de révéler des dimensionnalités inaccessibles autrement. Les films supplantent leur bidimensionnalité originelle pour prendre forme, ils sont des tubes, des ellipses, des anamorphoses jusqu’à devenir parfois des objets préhensibles. L’enregistrement vidéo, en s’ancrant dans le territoire, permet aussi une appropriation du temps et de l’espace à une échelle planétaire. La machine de vision est parfois mondialisée, la prise de vue a lieu à distance par l’entremise d’une webcam séparée de l’opérateur par des milliers de kilomètres. Les images deviennent des outils de mesure et de déchiffrement de la planète, les films sont alors de nature géodésique, c’est-à-dire qu’ils contribuent à une mensuration poétique du globe terrestre.

Conférence de Caroline Bernard dans le cadre du colloque Actes & Images, le 18 janvier 2019

Article 67 – Colloque Actes & Images: Flora Katz

FLORA KATZ

Le visiteur : une entité parmi d’autres. Étude de quelques systèmes complexes.

La transformation des théories de la réception vers une co-actorialité peut prendre pour point de départ l’étude d’une forme d’oeuvre qui nécessite ce changement, les systèmes complexes. Dans ces oeuvres mouvantes et auto-organisées, le visiteur est partie prenante, mais non nécessaire, et ce au même titre que d’autres éléments qui sont en interaction. Nous nous appuierons sur les oeuvres des artistes Dora Budor et Pierre Huyghe pour définir la forme des systèmes complexes et analyser la relation qu’elle développe avec le visiteur, entre détermination et contingence.

Conférence de Flora Katz dans le cadre du colloque Actes & Images, le 18 janvier 2019

Article 66 – Colloque Actes & Images: Pierre-Damien Huyghe

PIERRE-DAMIEN HUYGHE

Prenant en compte le lexique de l’appel à communication rédigé par Fabien Vallos, je voudrais malgré tout soutenir l’idée qu’il existe un faire, geste ou gestation, qui, sans relever à proprement parler d’un agir, explique une part essentielle de l’histoire de l’art, celle qui eut besoin de la notion de modernité. Cette notion est-elle désormais inactuelle ? Telle est la question que je voudrais soumettre à la discussion.

Conférence de Pierre-Damien Huyghe dans le cadre du colloque Actes & Images, le 17 janvier 2019

Article 65 – Colloque Actes & Images: Aurélie Petrel

AURÉLIE PÉTREL

Acuité visuelle/acuité corporelle

Une partie de mes pièces tente de laisser venir l’impensé par une méthode d’observation patiente. Je prendrai pour point de départ l’oeuvre Desaparecidos (comment peut-on traduire 20 années de présence dans un désert chilien en activant une seule prise de vue ?) pour montrer le principe de la persistance du regard recherché. J’exerce dans mes installations une pratique de l’attention dans la durée et fais vaciller les images. Les pièces se dissolvent tout en étant présentes, je maintiens cet état de seuil jusqu’à son maximum, celui au-dessous duquel rien ne serait plus lisible. Ainsi, les principes d’image voilée/dévoilée sont le résultat d’un mode opératoire stratifié et déployé. Penser le regardeur comme un opérateur annihile l’image qui n’existe plus a priori. Elle se révèle progressivement par l’expérience du regard dans l’exposition qui se déplie, le corps devient capteur à part entière. Aussi, je travaille à partir d’impossibilités photographiques. Je donne un corps et un espace aux prises de vue mises en jachère. Ces images latentes sont alors travaillées en atelier pour apporter une densité à la surface. À la fois le regard est confronté de très près à la prise de vue, jouant sur la visibilité, aux indices de montage, d’accrochage et en même temps, la photographie fonctionne en dialogue avec l’espace : oeuvre située, image située, image activée, oeuvre révélée.

Conférence de Aurélie Petrel dans le cadre du colloque Actes & Images, le 17 janvier 2019

Article 64 – Colloque Actes & Images: Vanessa Theodoropoulou

VANESSA THEODOROPOULOU

De la mise à mort à la mise en oeuvre des objets et des corps dans l’action artistique,une étude de cas.

En partant de l’idée deweyenne que l’art qualifie aussi bien l’acte de faire que lachose faite et qu’en même temps, il existe une différence entre un produit de l’art et une oeuvre d’art, nous essaierons, par le biais de quelques exemples d’oeuvres sollicitant le regard (et le corps), d’évoquer les modalités et enjeux de cette « mise en oeuvre », opérée au moment où sont activées monstration et perception.

Conférence de Vanessa Theodoropoulou dans le cadre du colloque Actes & Images, le 17 janvier 2019

Article 061 – Journée d’étude Iconologie: Maxime Boidy

Conférence de Maxime Boidy, Iconology as political philosophy

Enregistrement audio de la conférence dans le cadre de la journée d’étude Iconologie le 14 octobre 2018

L’École nationale supérieure de la photographie et le Centre de Recherche Art et Image organisent le 14 octobre une journée d’étude autour des travaux de W.J.T. Mitchell à l’occasion de sa venue en France. Cette manifestation accompagne la publication du numéro 12 de la revue Inframince consacrée aux images tactiques et la réédition d’Iconologie, ouvrage fondateur des Visual Studies, aux Éditions Amsterdam.

Trois interventions par Maxime Boidy, Nicolas Giraud et W.J.T. Mitchell dessineront un état des usages contemporains de l’image. Une discussion clôturera les échanges.

Information 11.06.2018 Actes

Sortie des actes du colloque Arts & Langages. 

éditions CRAIE et ENSP – 280 pages – 16 euros – Les Presses du réel 

Le colloque Arts & Langages a eu lieu les 7 et 8 février 2018 aux Forges – Parc des Ateliers – LUMA Arles. Il a été conçu par Fabien Vallos & les étudiants du Laboratoire Figavec le Centre de recherche art & image (CRAIde École nationale supérieure de la photographie, Arles & avec le soutien de la Fondation LUMA, Arles.

Intervenants Maxime Boidy, Antoine Dufeu, Alessandro De Francesco, Nicolas Giraud, Sophie Kaplan, Chloé Maillet, Julia Marchand, Cédric Mazet Zaccardelli, Pascal Mougin, Magali Nachtergael, Paulo Pires do Vale, Sébastien Pluot, Alexandre Quoi, Fabien Vallos.

Équipe du laboratoire Fig. Grégoire d’Ablon, Marie Applagnat, Anaïs Castaings, Esther Coquet, Alexandre Desson, Quentin Fagart, Tanguy Gatay, Marie Hervé, Thomas Jezequel, Charlotte-Victoire Legrain, Lucie Liabeuf, Elsa Martinez, Jonathan Mourglia, Eryn Millien, Claire Nicolas-Fioraso, Gwénaël Porte (secrétaire du CRAI), Fanny Terno (secrétaire du laboratoire Fig.).