Colloque II Actes & Images – 2019

COLLOQUE ACTES IMAGES

Acte et performance comme pratiques contemporaines de l’image et de l’œuvre 

conçu par Fabien Vallos & les étudiants chercheurs du Laboratoire FIG.

17 & 18 janvier 2019

À LUMA ARLES – LES FORGES – PARC DES ATELIERS

 

Dans le cadre des activités du Centre de recherche art et image (CRAI) et du Laboratoire Fig., l’École nationale supérieure de la photographie propose un deuxième colloque qui aura lieu à la Fondation LUMA à Arles, les 17 et 18 janvier 2019. 

Pour ce colloque nous nous intéressons à une histoire de l’œuvre et de l’image saisie d’abord comme un acte et comme un processus. Nous voudrions interpréter dans le cadre de nos recherches l’acte d’image et l’acte photographique, et tenter de montrer l’ampleur des investigations sur les questions de l’acte, du processus et de la performativité. 

Il nous semble, et il nous faudra en retracer une archéologie, que le regard sur l’œuvre dite d’art se déploie dialectiquement entre une histoire de l’art et une histoire matérielle de l’art. L’histoire de l’art est celle qui s’intéresse à ce que nous nommons production, autrement dit à l’œuvre en tant qu’objet, tandis que l’histoire matérielle s’intéresse, quant à elle, à ce que nous nommons processus, autrement dit à l’œuvre pensée comme action et comme performativité. Ainsi l’histoire matérielle de l’œuvre et de l’image ne s’intéresse pas d’abord à l’objet mais à la position prise par ce que nous appelons un spectateur ou une récepteur devant l’œuvre. La différence est alors la suivante : 1. affirmer la non-cohérence de la distinction aristotélicienne entre poièsis et praxis, à moins de pouvoir la lire, dans une histoire matérielle, comme la possibilité dans l’inachèvement de la co-actorialité du récepteur, et 2. penser que l’histoire (matérielle) de l’art ne se situe pas d’abord dans l’œuvre mais dans la présence et la position du récepteur. Pour cela il faut penser que le centre de ce processus est bien la différence entre les termes production et processus. Ainsi le premier parle de l’objet, tandis que le second de la position devant l’objet. C’est cette différence qui est au cœur du problème de l’interprétation de l’activité artistique et de l’acte d’image, en tant qu’histoire ou histoire matérielle.

C’est ce champ – pensé depuis le concept moderne de co-actorialité – que nous voudrions penser et interpréter durant ce colloque : celui de l’acte, des processus et de la performativité comme sens moderne de ce que nous nommons œuvre. 

Ce colloque est conçu et organisé par le Laboratoire Fig. dirigé par Fabien Vallos et les étudiants impliqués dans cette recherche. Il est réalisé par l’École nationale supérieure de la photographie à Arles.