Article 86 – Colloque Vues & Données : Caroline Bernard

CAROLINE BERNARD

Des données à la posologie

La géodésie est la science de la mesure de la Terre. Aujourd’hui, par la conjonction de la caméra et de l’algorithme, on dessine de nouvelles géographies fondées sur le fractionnement de l’image en données quanti ables. Cette approche quantitative dissout le tout de l’image dans une grande machinerie planétaire au profit de la somme de ses parties. Les activités humaines sont ainsi réduites, sur la base d’informations essentiellement visuelles, à des calculs algorithmiques. En fonction de leur analyse, on déclare symptômes, prescriptions et posologies.

Conférence de Caroline Bernard dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

 

Article 85 – Colloque Vues & Données : Arthur Fouray

ARTHUR FOURAY

Notre présent individuel, collectif, planétaire est soumis plus que jamais à son propre enregistrement constant, permanent, et exhaustif. Les « données » et «informations» recueillies interrogent cependant par leur masse croissante et exponentielle. Celle-ci, par effet de saturation et par excès de spécialisations, génère à l’heure actuelle une chapellisation généralisée des connaissances. Il s’agit ici de poser la question d’une écologie appliquée à l’archive, autrement dit, d’étudier les interactions entre données enregistrées et contextes archivistiques qui leur permettent d’être accessibles, compréhensibles et ce, à quelles destinations ou quels destinataires.

Conférence de Arthur Fouray dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 84 – Colloque Vues & Données : Garance Chabert

GARANCE CHABERT

Pratiques du flux : l’image en proie à l’excès du visible

De nombreuses pratiques artistiques d’appropriation se focalisent depuis la n des années 2000 sur les enjeux sensibles et politiques de l’environnement numérique actuel, dont l’interface internet, et nourrissent leurs œuvres des images qui y sont accessibles et y circulent. La fluidité des données, le profilage induit par les algorithmes, l’étrangeté des contenus générés par des machines, etc. sont autant de sujets qui irriguent les œuvres iconographes ces dernières années. À partir de quelques exemples, on étudiera quelques stratégies artistiques d’infiltration et de détournement des images.

Conférence de Garance Chabert dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 83 – Colloque Vues & Données : Adèle Delefosse, Emilio Azevedo, Elena Corradi, Eryn Millien, Gaëtan Soerensen, Thomas Pendeliau, Constance Heilman et Gaëlle Delort

LES ÉTUDIANTES ET ÉTUDIANTS DU LABORATOIRE FIG. :
Adèle Delefosse, Emilio Azevedo, Elena Corradi, Eryn Millien, Gaëtan Soerensen, Thomas Pendeliau, Constance Heilman et Gaëlle Delort

Conférence des étudiantes et étudiants du laboratoire FIG. dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 82 – Colloque Vues & Données : Aurélie Pétrel

AURÉLIE PÉTREL (lecture et vidéo)

L’apparente proximité de deux termes : prise de vue et prise de données, a ouvert une zone de recherche. Partant d’observations depuis ma position d’artiste et prenant appui sur les publications et œuvres d’artistes tels que Ryoji Ikeda, Trevor Paglen ou d’écrits d’Ingrid Hoelzl, Florian Ebner, Karolina Ziebinska-Lewandowska, ou encore Marco De Mutiis, a été co-structuré un projet de recherche et création Vues & données dont il s’agira ici de developper un axe. Mené avec Garance Chabert, Manuel Sigrist et Fabien Vallos, ce projet analyse les implications du concept de « donnée » dans le champ de l’art et plus précisément dans celui de la photographie contemporaine. À partir de la pratique, sont examinées les impasses dans lesquelles tout photographe est confronté depuis l’avènement du Web (1989). Circulant sous la forme de fichiers, c’est-à-dire de données, la photographie se fluidifie; de nouvelles pratiques (partage, remix, etc.) et relations se développent. Autrement dit : en plus de représenter le monde dans lequel nous sommes, la photographie le coproduit (Roxana Marcoci, 2015). Si l’image se réduit à des données, le processus artistique se réduit-il au registre des données? La dimension de donnée de l’image impose-t-elle à l’artiste de recourir à un déplacement de ces procédés? L’enjeu de la recherche concerne le passage de la donnée brute, sans signification, au matériau artistique «non brut».

Conférence de Aurélie Pétrel dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 81 – Colloque Vues & Données : Fabien Vallos

FABIEN VALLOS

Vues & données : tournant métaphysique

L’interprétation du concept de données suppose que nous soyons en mesure de proposer une interprétation du concept de « prises ». Il faut prendre dans le monde pour pouvoir le transférer en don ou en données. C’est cette relation occultée
qu’il nous intéresse d’analyser à partir de l’hypothèse que la philosophie est une pensée du soin en tant qu’elle indique la nécessité d’une position vigilante sur les manières avec lesquelles nous prélevons et nous transformons en données. Il s’agira alors de penser, depuis les pratiques artistiques et visuelles, les modi cations de
la métaphysique et des processus artistiques. Nous indiquerons alors une lecture qui permettrait à la fois d’interpréter le «tournant» de la pensée moderne et d’indiquer qu’une lecture de cette problématique se trouve en fait dès les début
de la métaphysique occidentale comme une mise en garde à la fois de nos modes
de captation du réel et de la réalité et de nos modes de stockage de ce que nous considérons être, pour nous, nécessairement fond et fonds.



Conférence de Fabien Vallos dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 80 – Colloque Vues & Données : Anthony Masure

ANTHONY MASURE

Pas vu pas pris : le code comme entité managériale

La démultiplication et la collecte des «données» numériques à grande échelle,
sur lesquelles les citoyens n’ont que peu de « prise », prolonge dans le champ psychique à la vieille utopie de mesurer chaque entité matérielle du monde. L’invisibilisation (la soustraction à la vue) des opérations de calcul et de traduction propre à l’informatique masque les idéologies (politiques, etc.) qui les sous- tendent : comment faire pour que le code informatique n’ait pas pour seule visée le management des êtres humains ? Pour proposer des réorientations soutenables permettant de desserrer l’emprise des données numériques, il est nécessaire d’aller à rebours des discours inscrivant l’informatique dans une évolution voire dans une révolution. Une étude « archéologique » inscrivant la notion de donnée depuis les champs du cinéma (Lev Manovich) et de la photographie (Vilém Flusser) fait ainsi apparaître des disjonctions entre ce qu’on pensait être nouveau et ce qui était déjà là parmi nous, en latence.


Conférence de Anthony Masure dans le cadre du colloque Vues & Données, le 14 février 2020

Article 79 – Colloque Vues & Données : Olivier Assouly

OLIVIER ASSOULY

Il faut bien digérer

C’est parce que l’homme est doué d’une capacité hors du commun, supérieure
au reste des animaux, lui offrant de mémoriser un nombre important de données qu’il est un animal historique. Ce même privilège, soulignera Nietzsche, entraîne des risques, à savoir des dangers de saturation, de surcharge, à supposer déficiente la puissance de l’homme à trier, voire à effacer et oublier. Dans quelle mesure la digestion constitue-t-elle la détermination la plus adéquate en vue de traiter ce flux? À quel prix peut-on repenser aujourd’hui un accroissement des capacités
de digestion ? Au-delà d’une image utile au plan rhétorique et argumentatif, faut- il faire de la nutrition, voire du goût, ce modèle encore impensé d’un traitement des flux colossaux d’informations et d’une assimilation de l’autre nécessaire à l’individuation ?



Conférence de Olivier Assouly dans le cadre du colloque Vues & Données, le 13 février 2020

Article 78 -Colloque Vues & Données : Manuel Sigrist

MANUEL SIGRIST

De la vue à la donnée

À travers différents exemples de projets en cours, il s’agira explorer la transformation d’un ensemble de photographies en une source de données.
En convertissant lumière et couleur en données, une nouvelle organisation
des collections est apparue. Cette expérience menée actuellement au sein de Plateforme 10 a fait naître un nuancier inédit.
Que se passe-t-il lorsqu’on organise une rencontre de deux ensembles de photographies à travers le prisme du machine learning ? Cette seconde expérience présentée au Musée de l’Élysée permet d’entrevoir le potentiel et les limites des algorithmes de classification.
En traçant de nouvelles cartographies des collections, LCD et Artificial Intersections invitent à s’interroger sur ce qui se passe lorsqu’une prise de vue indexée dans une collection se transforme en donnée.

Conférence de Manuel Sigrist dans le cadre du colloque Vues & Données, le 13 février 2020

Article 77 – Colloque Vues & Données : Julie Martin

JULIE MARTIN

Le monochrome numérique : des données à l’écran

Si la photographie a été envisagée à ses débuts comme une prise de données,
en tant que prélèvement d’éléments du réel, les artistes ont particulièrement démontré qu’elle ne pouvait s’y limiter et qu’elle relevait plutôt d’un traitement des données. En effet, la chambre noire de l’appareil photo – semblable en cela à la black box que constituent nos appareils informatiques (Flusser, 1993) – constitue un vecteur de transformation des éléments qu’elle saisit.

À l’ère de la photographie fluide, codée, autrement dit de la photographie devenue donnée numérique, la représentation semble être mise en crise. L’un des symptômes, parmi d’autres, de cette situation, est l’existence de monochromes numériques présents dans la démarche de plusieurs artistes ayant habituellement recours aux images appareillées (Hito Steyerl, David Birkin…).
Sans être inédit dans le champ de la photographie, le monochrome manifeste-
t-il aujourd’hui une impossibilité de la photographie à représenter le monde contemporain, à prélever et à traiter la multitude des données qui en émanent ? Ou bien au contraire, cette forme écranique constitue-t-elle une stratégie de traitement des données, une interprétation à même de rendre compte de la complexité de la réalité ?

Conférence de Julie Martin dans le cadre du colloque Vues & Données, le 13 février 2020