Article 106 – Colloque Images & Hantises : Margaux Bonopera

Margaux Bonopera

L’hantologie comme processus curatorial

En 1993 est publié, pour la première fois aux éditions Galilée, Les Spectres de Marx
du philosophe français Jacques Derrida. C’est à l’occasion de cette publication, émanant d’une conférence, que l’auteur introduit et développe le concept d’«hantologie » et plus précisément de « spectralité». Si son étude porte avant tout sur l’héritage du communisme dans la pensée philosophique de l’histoire, c’est surtout sa capacité à placer le passé comme trace active dans un temps présent nous intéresse ici.
Dans le cadre du colloque Images et hantises, sous forme de narration/conférence, il sera question de l’hantologie comme processus curatorial. L’étude de ce processus souhaite analyser de quelle manière les artistes réalisent des expositions à partir et avec le lieu pour lequel ils sont invités. Comme un contre point à la pensée de l’in-situ, l’exposition hantologique n’accueille pas l’œuvre, elle fait l’œuvre. Est hantologique ce qui suscite une trace ambigüe, spectrale, étrange. Ces expositions entretiennent ainsi un rapport volontairement contrarié à l’histoire du lieu, qui souvent devient le point de départ de l’exposition, acceptant ainsi la persistance de faits, anecdotes ou histoires passées. Favorisant des médiums tels que le son ou procédant à des déplacements ontologiques, ces expositions investissent souvent des espaces aux fonctions déjà définies ou bien évacuent toute forme de référentiel pour livrer un espace empirique auto-référencé. Si l’étude de Derrida partait d’une analyse de territoires (bloc est/ouest) pour arriver à une pensée du temps et de l’histoire, le processus hantologique appliqué à l’exposition, part de l’analyse d’une histoire choisie par l’artiste, et souvent liée au lieu, pour proposer une nouvelle œuvre que devient l’espace d’exposition.

Margaux Bonopera (Fontainebleau,1992) est curatrice indépendante et assistante curatrice à la Fondation Vincent van Gogh Arles. Après une licence d’histoire de l’art à l’Ecole du Louvre (Paris), elle est diplômée du Royal College of Art (Londres) et travaille pour diverses institutions culturelles (Fondation Cartier, Fondation Carmignac…). Dès 2016, elle s’intéresse à la notion de magie dans l’art contemporain et plus spécifiquement à l’hantologie comme processus curatorial après une résidence au centre d’art SaSa Bassac à Phnom Penh au Cambodge la même année. Margaux Bonopera développe aussi une pratique d’écriture fictionnelle (Tour à Tour, PAC 2021, Les Carnavalesques, HorsPiste, Pompidou 2020, Relevés, Arles 2019…) conjointement à un travail critique (Documents d’artistes Aquitaine, MOCO Montpellier, Ateliers de la ville de Marseille, Duuu Radio Paris). Elle s’occupe depuis 2018 de la résidence l’Opéra avec Grégoire d’Ablon au sein de leur maison à Arles et est lauréate avec Elsa Vettier de la bourse 2021-2022 dédiée aux commissaires d’exposition des Mécènes du Sud Occitanie.

Conférence de Margaux Bonopera dans le cadre du colloque Images et Hantises, le 26 mars 2022

Article 105 – Colloque Images & Hantises : Fabien Vallos

Fabien Vallos

Rendre visible sans hantise Dans le cadre du séminaire Fig. il est question de réfléchir à la hantise, à partir de deux éléments centraux : premièrement les spectres et la hantise proviennent tout autant du futur que du passé et secondement ces spectres ne sont pas extérieurs à l’être, mais ils sont contenus en nous. Nous tenterons de montrer que la surmesure et la surabondance des images et des données sont à l’origine de cette violence spectrale. Il y a dans le processus de la «donation» (faire passer le monde à de la donnée), une expérience à la fois bouleversante et spectrale. C’est cela que nous nommons «hantise». Dès lors c’est la re-présentation qui est à l’origine de cette crise : il faut alors repenser ce que signifie rendre visible, sans hantise. Ce qui pourrait être le sens moderne de ce que nous nommons «poiètique».

Fabien Vallos est théoricien artiste et professeur. Il enseigne à l’École nationale supérieure de la photographie et à l’Esba Talm (Angers). Il coordonne le CRAI (https://enspcrai.hypotheses.org/) et il dirige le laboratoire Fig. (http://laboratoirefig.
fr/). Son travail théorique consiste en l’élaboration d’une généalogie du concept d’inopérativité ainsi qu’à la préparation d’une philosophie critique de l’œuvre. Derniers ouvrages publiés, Chrématistique & poièsis, éd. Mix., 2016 et Essai sur l’image
latente, éd. Mix. 2021.

Conférence de Fabien Vallos dans le cadre du colloque Images et Hantises, le 26 mars 2022

Article 104 – Colloque Images & Hantises : Raphaël Lods

Raphaël Lods

L’image messianique, une écharde dans la chair.

Les écrivains néo-testamentaire présentent une image messianique. Nous verrons comment la grammaire hébraïque propose une autre lecture du temps, offre une puissance à ces images et devient figure d’une hantise.

Raphaël Lods est étudiant en 3ème année à l’ENSP, Arles.

 

Conférence de Raphaël Lods dans le cadre du colloque Images et Hantises, le 26 mars 2022

Article 103 – Colloque Images & Hantises : Théo Malirat

Théo Malirat

Hantologie et sismographie

Si l’hantologie se comprend comme l’attention portée à l’apparition des spectres, il est possible de concevoir leur modalité d’étude comme une sismographie, comme une vigilance portée à des signes inéluctables mais pas encore clarifiés ni déterminés.

Théo Malirat est étudiant en 3ème année à l’ENSP, Arles.

Conférence de Théo Malirat dans le cadre du colloque Images et Hantises, le 26 mars 2022

Article 101 – Colloque Images & Hantises : Marc Berdet

Marc Berdet

De quelques images traumatiques qui hantent le présent. L’exemple chilien

Cette conférence vise à élaborer une théorie matérialiste de la mémoire et de la hantise qui, inspirée par Walter Benjamin, puisse servir de boussole critique au moment d’interpréter des images et des installations relatives à la mémoire collective et à un passé qui nous hante. Il s’agira d’orienter notre regard sur des dispositifs de mémoire dans le monde, et en particulier en Amérique latine, en prenant en compte différents types d’expression artistique génératrice d’images autour de l’histoire, de la mémoire et de la politique. Comme alternative au concept habituel de « lieu de mémoire », je proposerai celui d’« espace de réminiscence », qui permet de traiter le passé non pas comme quelque chose de simple et de fixe mais, au contraire, comme quelque chose de mobile et de complexe, qui vient nous interpeler au présent. Je prendrai pour exemples quelques installations mémorielles au Chili (Villa Grimaldi, Musée de la mémoire, Londres 38) et la trilogie de la mémoire close par le cinéaste Patricio Guzman avec La cordillère des songes (2019).

Marc Berdet est philosophe, et actuellement professeur visitant à l’Université de Brasília, où il travaille à une philosophie de la mémoire politique à partir des espaces latino-américains et de l’hypothèse d’une modernité baroque perdue.

Conférence de Marc Berdet dans le cadre du colloque Images et Hantises, le 26 mars 2022

Article 100 – Colloque Images & Hantises : Mauro Carbone

Mauro Carbone

Falling men : parfois ils reviennent

Le 16 août 2021, juste après le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan, des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré des corps humains tombant d’un avion militaire américain peu de temps après son décollage de l’aéroport de Kaboul : il s’agissait de trois civils qui s’étaient accrochés au train d’atterrissage de l’appareil dans la tentative désespérée de fuir leur pays. Apparemment, des intentions très différentes par rapport à celles des personnes ayant sauté dans le vide du haut du World Trade Center incendié le 11 septembre 2001, dont les photos, mais aussi les œuvres d’art les évoquant, avaient fait l’objet d’une sorte de stratégie de refoulement, surtout aux États-Unis. Et pourtant, face aux images des falling men de Kaboul, partout dans le monde, on n’a pu s’empêcher d’évoquer celle du falling man que vingt ans plus tôt à New York Richard Drew avait fixé dans le cliché « le plus connu que personne n’a jamais vu», comme il l’a déclaré avec une ironie amère. Un cas exemplaire de « retour du refoulé» des images qui, selon Baudrillard, «sont,
qu’on le veuille ou non, [la] scène primitive» du XXIe siècle.

Mauro Carbone, spécialiste d’esthétique, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France, est professeur de Philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3 (France), où il a fondé et dirige le Groupe permanent de Recherche «Vivre par(mi) les écrans» (https://vivreparmilesecrans.wixsite.com/vivreparmilesecrans), avec lequel il a co-dirigé les volumes collectifs Vivre par(mi) les écrans (Dijon, Presses du réel, 2016), Voir selon les écrans, penser selon les écrans (Paris, Mimésis, 2016), Des pouvoirs des écrans (Paris, Mimésis, 2018), ainsi que L’avenir des écrans (Paris, Mimésis, 2020). Ses recherches actuelles sont focalisées sur les rapports entre l’expérience visuelle contemporaine et la philosophie à faire aujourd’hui. À ce sujet, parmi ses livres personnels les plus récents il faut rappeler La chair des images (Paris, Vrin, 2011), Être morts ensemble : l’événement du 11 Septembre 2001 (Genève, MētisPresses, 2013), Philosophie-écrans (Paris, Vrin, 2016) et Merleau-Ponty’s Poetic of the World (New York, Fordham, 2020) avec G. Johnson et E. de Saint Aubert.

Conférence de Mauro Carbone dans le cadre du colloque Images et Hantises, le 26 mars 2022.

Article 99 – Colloque Images & Hantises : Jean-Baptiste Carobolante

Jean-Baptiste Carobolante

Les enfants de Bragolin. Une hantise picturale.

Cette conférence se concentre sur un type d’images qui étaient en vente dans les
supermarchés du nord de l’Europe durant les années 1960 et 1970. Ces copies de
peinture, essentiellement d’un artiste italien répondant au surnom de Giovanni
Bragolin, représentaient des enfants en larme. Commentant un récit journalistique
anglais ayant créé une malédiction autour de ces images, nous envisagerons leur
puissance de hantise et questionnerons ce que nous nommons « l’esthétique de
supermarché».

Jean-Baptiste Carobolante est docteur en histoire de l’art, enseignant en école d’art,
critique et chercheur affilié à l’INHA. Après une thèse sur le cinéma de spectre
contemporain, sa recherche actuelle porte sur la peinture commerciale d’un point
de vue historique et critique. Recherche qui va aboutir en 2023 à une exposition au
MIAM à Sète et à une publication.

Conférence de Jean-Baptiste Carobolante dans le cadre du colloque Images et Hantises, le 26 mars 2022