Usage du Temps / Présentation

INTENTIONS /

Il s’agit de penser les différents usages que nous faisons de notre temps, à titre personnel autant que professionnel, entre le temps de travail et le temps dit «libre». Comment l’emploi du temps détermine-t-il des écarts, des aller-retours, des définitions, l’idée par exemple d’une temporalité commune, l’idée que notre temps puisse être employé à des fins qui nous sont extérieures, à travers les notions d’efficacité, d’objectifs, de rentabilité.

Pour ces usages du temps, nous employons une quantité considérable d’outils et d’objets qui compliquent l’organisation des choses : L’argent dont on dit qu’il est du temps, mais dont la conversion n’est en rien évidente. La photographie dont la capacité à figer le flux temporel reste relative, puisque comme le souligne Auguste Rodin, “…dans la réalité, le temps ne s’arrête pas.“ La possibilité d’une synchronie, celle par exemple de la pensée bouddhiste par la méditation et l’expérience d’un arrêt du temps par une exacte coïncidence avec le rythme des choses. L’asynchronie, expérience plus commune et qui pose une multitude de problèmes quant à notre occupation du temps, une multitude de retards et de temporalités fragmentées qui nous renvoient à la tension constante entre le temps que nous expérimentons et les versions alternative que chacun élabore pour son propre usage. S’y ajoutent d’autres formes qui sont celles de la boucle, de la répétition ou de l’ennui, des temps vides, creux ou clos et qui peuvent être des pièges comme des refuges. 

La recherche donne lieu à des productions critiques, théoriques et plastiques.

FORME /

Le projet s’attache à la manière dont le temps structure le processus créatif et plus largement notre relation au monde. Il pose la question de savoir comment, en tant qu’artistes, étudiants, chercheurs, citoyens, nous habitons la temporalité, comment nous pouvons la modifier et comment ces réflexions peuvent être transmises à autrui. Les résultats de cette recherche, sous formes d’œuvres, d’articles et de documents font l’objet d’une série d’expositions et de publications. 

Chaque exposition est pensée comme un cabinet de lecture avec trois éléments; un poster, une documentation et une œuvre. Pour chaque exposition la documentation est mise à jour, le poster montre l’architecture du projet en cours et une œuvre, différente à chaque fois, est présentée en contrepoint de cette documentation.

Chaque exposition est conçue selon une économie minimale. Les œuvres sont choisies en fonction des lieux d’expositions, les documents peuvent être imprimés sur une imprimante noir et blanc et placés dans des classeurs de modèle standard. Ils sont présentés grâce à un élément scénographique unique et peu couteux à réaliser. 

Le projet vise à esquisser un modèle d’usage, comme une sorte de manuel où convergent les propositions issues de différents champs. 

Menu